Atelier des doctorants de l’IMAF – 18 Dec 2015

DIALOGUES ET SAVOIRS : CONSTRUCTION ET RECONSTRUCTION 

DES CONNAISSANCES EN ETUDES AFRICAINES

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (salle de réunion, IMAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016

L’atelier des doctorants est un espace dédié à la présentation et à la discussion de travaux de doctorant-e-s et de jeunes chercheur-e-s.  Ce dernier sera conçu comme un lieu ouvert destiné à débattre de questionnements théoriques, méthodologiques, comme de la production des données, mais aussi une occasion pour exposer les enjeux politiques rencontrés sur le(s) terrain(s) ou encore les difficultés liées à la rédaction d’articles, de chapitres de thèse en cours, etc.

Atelier des doctorants, vendredi 18 Décembre

Introduction

Evelyne-Elsa Chenaud, Doctorante, EHESS-IMAF / Université de Laval-EDIQ

Anthropologie des conflits culturels en médiation familiale  

Plusieurs éléments expliquent l’intérêt porté par cette thèse à l’anthropologie des conflits interculturels. Le premier est le potentiel d’analyse théorico-anthropologique qui entoure la médiation familiale. Le deuxième est celui d’un besoin individuel : sortir de la routine du quotidien professionnel, pour cerner réflexivement et scientifiquement les enjeux de ma pratique professionnelle. Le troisième est la déparentélisation. En effet, dans la société française, le nombre de divorces augmente autant que les couples mixtes, et avec eux un profond décalage entre les différences culturelles et les normes d’un pays à un autre. A cela s’ajoute la question du statut de l’étranger en terre d’accueil, coincé entre « ici » et « là-bas », entre « cultures-traditions et modernité », complexifiant les politiques publiques d’intégration. La problématique peut être ainsi résumée: en quoi une prise en compte des trajectoires d’intervenants et des codes institutionnels dédiés peut-elle informer une anthropologie de la médiation familiale des conflits de couples mixtes franco-africains, et ainsi renseigner sur les logiques d’interculturalité sous-jacentes à cette forme de travail social ?

 

Carla Bertin, Doctorante, EHESS-IMAF

(Re)conversions au pouvoir et pentecôtisme au village 

Mon projet de thèse interroge le rapport entre pentecôtisme et développement au Bénin méridional. En effet, à travers le remaniement politique de l’histoire, les pentecôtistes assimilent la catégorie du Diable aux différents cultes vodun, et les difficultés socio-économiques du pays sont présentées comme ayant une cause spirituelle : le village, où se trouvent les « non-atteints » (par la conversion pentecôtiste), est le cœur de la religion traditionnelle perçue comme l’origine du sous-développement. C’est pour ethnographier cette construction morale du Mal que j’ai choisi de me concentrer dans les milieux rurbains et ruraux. Mais, arrivée sur mon terrain, j’ai constaté que les villages de « non-atteints » étaient, en fait, des espaces de prolifération des néo-voduns et de fragmentation des églises. De la même façon que les églises ont leur discours sur les religions « traditionnelles », ces dernières ont un discours sur les églises évangélistes. Dans les maisons familiales, les religions rivalisent et se superposent. Dès lors, comment interroger le pentecôtisme à partir de son contexte multiconfessionnel ? Comment organiser une enquête qui, suivant les itinéraires des acteurs, entre conversions et reconversions, a ainsi traversé les « frontières » religieuses ?

Discutant(e)s: Kae Amo, Pietro Fornasetti et Armelle Cressent, doctorant(e)s, EHESS-IMAF

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Armelle Cressent (Armelle.m.cressent@gmail.com).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *