Séminaire des doctorants de l’IMAF – Dialogues et savoirs, le 19 février 2016, Leslie Badibanga, Pape Serigne Sylla

Séance du 19 février 2016, 15h à 17h
Site Raspail / IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

- Leslie Badibanga, IMAF
De Kimpa Vita à Kimbangu. Une histoire de la mémoire

Kimpa Vita Dona Beatriz, dans les sources missionnaires et portugaises, est une prophétesse qui fut brûlée le 2 juillet 1706 au sein du Royaume Kongo, à cause du message religieux qu’elle portait et de l’engouement qu’elle suscita auprès du peuple kongo. En s’intéressant à l’histoire des kimbanguistes, on découvre une mémoire collective fondée autour d’un peuple élu par Dieu, les Kongos, une histoire oú les deux prophètes jouent un rôle essentiel.

Discutant : Thiago Sapede

- Pape Serigne Sylla, IMAF
Islam soufi et identité transnationale : Analyse de l’expansion du mouridisme en Europe (France, Espagne, Italie, Turquie)

Dans la philosophie économique et religieuse du mouridisme autour du travail, il y a une large évolution vers une éthique de la réussite économique inscrite dans des itinéraires religieux. Le processus de changements idéologiques concernant l’ethos spirituel de cette confrerie est à l’origine de la naissance d’une génération d’entrepreneurs qui développent des activités commerciales relativement fructueuses dans les pays d’Europe et d’Amérique du nord au sein desquels ils sont migrants. Ces adeptes d’un islam soufi sahélo-saharien ont réussi, par un processus migratoire, à faire du « travail » et de « l’épargne », leur tremplin par excellence pour accéder à la grâce divine (Baraka). »

Discutante : Chiara Brocco

Séminaire des doctorants de l’IMAF – Dialogues et savoirs, le 5 février 2016, Marie Miran

DIALOGUES ET SAVOIRS : CONSTRUCTION ET RECONSTRUCTION
DES CONNAISSANCES EN ETUDES AFRICAINES

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (salle de réunion, IMAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016

Séance du 5 février 2016, 15h à 17h
Site Raspail / IMAF, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

Marie Miran, maitre de conférences à l’EHESS / IMAF

Pour la séance du mois de février du séminaire « Dialogues et savoirs: construction et reconstruction des connaissances en études africaines» l’équipe des doctorants de l’IMAf (Raspail) invite les étudiants à une rencontre avec l’anthropologue et historienne Marie Miran Guyon autour de son dernier ouvrage « Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002-2013) » publié chez Karthala en 2015.

Les thèmes de recherche de Marie Miran concernent l’histoire et l’anthropologie comparée du fait religieux, les cultures religieuses et les sociétés musulmanes, les conversions religieuses, l’interface des violences politiques et spirituelles. Ses terrains se sont déroulés en Côte d’Ivoire, Ghana, Togo et Benin.
ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES :
Ouvrages
– 2015, Guerres mystiques en Côte d’Ivoire. Religion, patriotisme, violence (2002-2013), Paris, Karthala.
– 2006, Islam, histoire et modernité en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala.
Articles et chapitres d’ouvrages
– 2015, « Apocalypse patriotique : le pentecôtisme de la démesure en Côte d’Ivoire », Afrique contemporaine, 252 : 73-90.
– 2014, « Gloire et déboires de la laïcité en Côte d’Ivoire au prisme de l’imaginaire social musulman », dans G. Holder & M. Sow (éds.), L’Afrique des laïcités. État, religion et pouvoirs au sud du Sahara, IRD et éditions Tombouctou, 315-328.
– 2013 (avec Jean-Louis Triaud), « Islam », in J. Parker & R. Reid (eds.), The Oxford Handbook of Modern African History, Oxford, Oxford University Press : 243-262.
– 2012, « ‘Native’ Conversion to Islam in Southern Côte d’Ivoire : The Perils of Double Identity », Journal of Religion in Africa, 42, 2 : 95-117.
– 2012, « An Ivoirian Apocalypse : Spiritual Violence in the Post-Electoral Crisis »,Cultural Anthropology, Hot Spots Forum Online.
– 2012 (avec El Hadj Moussa Touré), « Islam, autorité religieuse et sphère publique en Côte d’Ivoire. La figure emblématique du cheikh Aboubacar Fofana », dans O. Goerg & A. Pondopoulo (éds.), Islam et Sociétés en Afrique subsaharienne à l’épreuve de l’histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Paris, Karthala : 315-336.
– 2011 (avec l’imam Mamadou Doumbia, l’apôtre Georges Kohikan Gbéno, l’imam Souleymane Touré, le père Cyprien Ahouré et le pasteur Bruno Kozi), « Au-delà du silence et de la fureur. Duekoué (ouest ivoirien) : Rencontres interreligieuses au ‘carrefour de la haine’ », Politique africaine, 123, octobre : 95-115.
– 2011, « Cyclone post-électoral. La production de la violence en Côte d’Ivoire (janvier 2011) », Journal des anthropologues, 124-125 : 373-380.
– 2010, « Quand ethnologue et imam croisent leurs plumes. Récit d’un voyage au pays de l’anthropologie collaborative », Cahiers d’études africaines, 198-199-200 : 951-980.
– 2010, « Quand ethnologue et imam croisent leurs plumes. Récit d’un voyage au pays de l’anthropologie collaborative », Cahiers d’études africaines, 198-199-200 : 951-980.
Pour plus de renseignements contacter Chiara Brocco : chiara.brocco@ehess.fr

Atelier des doctorants de l’IMAF, vendredi 15 janvier 2016‏

ATELIER DES DOCTORANTS DE L’IMAF (SITE RASPAIL)

Vendredi 15 janvier 2016, 15h-17h
 
3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (salle de réunion, IMAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris),du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016
 
 
L’atelier des doctorants de l’IMAF est un espace dédié à la présentation et à la discussion des travaux de doctorant-e-s et de jeunes chercheur-e-s.  C’est un lieu ouvert destiné à débattre de questionnements théoriques, méthodologiques, comme de la production des données, mais aussi une occasion pour exposer les enjeux politiques rencontrés sur le(s) terrain(s) ou encore les difficultés liées à la rédaction d’articles, de chapitres de thèse en cours, etc.
 
Nous avons le plaisir d’accueillir pour la séance du vendredi 15 janvier: 
 
Josie Volaravo Dominique (EHESS/IMAF)
Forces armées régulières et irrégulières : construction et formation de l’État à Madagascar
 
Jean-Pierre Nguede Ngono (EHESS/IMAF)
La valorisation des savoirs et savoir-faire comme stratégie de résilience chez les pygmées Baka 
 
Discutante : Armelle Cressent (EHESS/IMAF)
 
En attendant de vous voir nombreux, 
Très cordialement, 
 
Kae Amo, Carla Bertin, Chiara Brocco, Armelle Cressent, Pietro Fornasetti, Allison Sanders,  Thiago Sapede,
Doctorants à l’EHESS -IMAF 
 
Pour plus de renseignement sur la séance :

Atelier des doctorants de l’IMAF – 18 Dec 2015

DIALOGUES ET SAVOIRS : CONSTRUCTION ET RECONSTRUCTION 

DES CONNAISSANCES EN ETUDES AFRICAINES

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (salle de réunion, IMAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016

L’atelier des doctorants est un espace dédié à la présentation et à la discussion de travaux de doctorant-e-s et de jeunes chercheur-e-s.  Ce dernier sera conçu comme un lieu ouvert destiné à débattre de questionnements théoriques, méthodologiques, comme de la production des données, mais aussi une occasion pour exposer les enjeux politiques rencontrés sur le(s) terrain(s) ou encore les difficultés liées à la rédaction d’articles, de chapitres de thèse en cours, etc.

Atelier des doctorants, vendredi 18 Décembre

Introduction

Evelyne-Elsa Chenaud, Doctorante, EHESS-IMAF / Université de Laval-EDIQ

Anthropologie des conflits culturels en médiation familiale  

Plusieurs éléments expliquent l’intérêt porté par cette thèse à l’anthropologie des conflits interculturels. Le premier est le potentiel d’analyse théorico-anthropologique qui entoure la médiation familiale. Le deuxième est celui d’un besoin individuel : sortir de la routine du quotidien professionnel, pour cerner réflexivement et scientifiquement les enjeux de ma pratique professionnelle. Le troisième est la déparentélisation. En effet, dans la société française, le nombre de divorces augmente autant que les couples mixtes, et avec eux un profond décalage entre les différences culturelles et les normes d’un pays à un autre. A cela s’ajoute la question du statut de l’étranger en terre d’accueil, coincé entre « ici » et « là-bas », entre « cultures-traditions et modernité », complexifiant les politiques publiques d’intégration. La problématique peut être ainsi résumée: en quoi une prise en compte des trajectoires d’intervenants et des codes institutionnels dédiés peut-elle informer une anthropologie de la médiation familiale des conflits de couples mixtes franco-africains, et ainsi renseigner sur les logiques d’interculturalité sous-jacentes à cette forme de travail social ?

 

Carla Bertin, Doctorante, EHESS-IMAF

(Re)conversions au pouvoir et pentecôtisme au village 

Mon projet de thèse interroge le rapport entre pentecôtisme et développement au Bénin méridional. En effet, à travers le remaniement politique de l’histoire, les pentecôtistes assimilent la catégorie du Diable aux différents cultes vodun, et les difficultés socio-économiques du pays sont présentées comme ayant une cause spirituelle : le village, où se trouvent les « non-atteints » (par la conversion pentecôtiste), est le cœur de la religion traditionnelle perçue comme l’origine du sous-développement. C’est pour ethnographier cette construction morale du Mal que j’ai choisi de me concentrer dans les milieux rurbains et ruraux. Mais, arrivée sur mon terrain, j’ai constaté que les villages de « non-atteints » étaient, en fait, des espaces de prolifération des néo-voduns et de fragmentation des églises. De la même façon que les églises ont leur discours sur les religions « traditionnelles », ces dernières ont un discours sur les églises évangélistes. Dans les maisons familiales, les religions rivalisent et se superposent. Dès lors, comment interroger le pentecôtisme à partir de son contexte multiconfessionnel ? Comment organiser une enquête qui, suivant les itinéraires des acteurs, entre conversions et reconversions, a ainsi traversé les « frontières » religieuses ?

Discutant(e)s: Kae Amo, Pietro Fornasetti et Armelle Cressent, doctorant(e)s, EHESS-IMAF

Pour plus de renseignements, veuillez contacter Armelle Cressent (Armelle.m.cressent@gmail.com).

Séminaire des doctorants de l’IMAF – Dialogues et savoirs, le 4 décembre. Aïssatou Mbodj-Pouye‏

DIALOGUES ET SAVOIRS : CONSTRUCTION ET RECONSTRUCTION
DES CONNAISSANCES EN ETUDES AFRICAINES

1er et 3e vendredis du mois de 15 h à 17 h (salle de réunion, IMAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016

Cette année, le séminaire des doctorant-e-s de l’IMAf (Raspail) sera l’occasion d’instaurer une discussion active entre doctorants et chercheurs du laboratoire autour des multiples sujets et  thèmes de recherche qui constituent l’ossature scientifique de l’IMAf.  Chaque séance abordera également des questions relatives aux itinéraires et pratiques des recherches, à la formation, au choix de la discipline, et au cadre institutionnel de la recherche. Ce séminaire a pour objectif de tisser des liens entre les différents membres du laboratoire, chercheurs et étudiants, autour de la production et de la réflexion  scientifique de chacun. 

Vendredi 4 decembre

 Aïssatou Mbodj-Pouye

Pour le deuxième séance du séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Dialogues et savoirs : construction et reconstruction des connaissances en études africaines », l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à aller à la rencontre de Aïssatou Mbodj-Pouye chargée de recherche au CNRS, membre de l’IMAF.

Aïssatou Mbodj-Pouye est chargée de recherche au CNRS et membre de l’IMAF (site Ivry). Ses recherches portent sur l’écriture et l’oralité, la scripturalisation des savoirs, ainsi que, plus récemment, sur la migration ouest-africaine en France.  Ses publications récentes incluent  Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali, ENS-Editions, Lyon;  (avec Cécile Van den Avenne) « Faire entendre sa voix : deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti », Journal des Africanistes, n°1 : 38-69, 2013; « Writing and the self in rural Mali : domestic archives and genres of personal writing », in Africa 83, n° 2 : 205 226., 2013. (http://journals.cambridge.org/localintellectuals) »

Vendredi 5 juin Lilyan Kesteloot

Vendredi 5 juin

Lilyan Kesteloot

L’équipe du séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés.  Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », invite les étudiants, en master ou en doctorat, à aller à la rencontre de Lilyan Kesteloot, Professeure émérite à l’Université Cheikh Anta Diop, directrice de recherche à l’Institut fondamental d’Afrique noire, et chargée de cours à l’Université Paris Sorbonne (Paris IV).  Spécialiste de la littérature africaine, Lilyan Kesteloot traite notamment de la tradition orale en Afrique francophone, en particulier des épopées, contes et mythes.

Pour plus de renseignements ou envoi d’articles, veuillez contacter Allison Sanders (sanders.allison@gmail.com).

Bibliographie sélective:

  • Le Preux et le Sage.  L’Epopée du Kayor et autres textes wolof.  Transcription et traduction du wolof par Mamoussé Diagne, presentation par Lilyan Kesteloot.  Orizons, Paris, 2014.
  • Introduction aux religions d’Afrique, Alfabarre, Paris, 2009.
  • Les épopées d’Afrique noire, Karthala, Unesco, 2009.
  • Dieux d’eau du Sahel.  Voyage à travers les mythes de Seth à Tyamaba,  Paris, L’Harmattan / IFAN, 2007.
  • Césaire et Senghor. Un pont sur l’Atlantique. L’Harmattan, Paris, 2006.
  • Histoire de la littérature négro-africaine, Karthala, AUF, 2004.
  • Du Tieddo au Talibé : contes et mythes wolof, Présence africaine, Agence de coopération culturelle et technique, Paris ; Institut fondamental d’ Afrique noire, Dakar, 1989.
  • Contes et mythes wolofNouvelles éditions africaines, 1983.
  • Études sur la littérature africaine francophone et traditionnelle, Université Paris 3, 1975, 11 vol.
  • La prise de Dionkoloni, (ed), Paris, Armand Colin, 1975.
  • Négritude et la situation coloniale,  Clé, Yaoundé, 1968.
  • Neuf poètes camerounais : anthologie, Éditions Abbia, Clé, Yaoundé, 1965.
  • Aimé Césaire : choix de textes, bibliographie, portraits, fac-similés (présentation par Lilyan Kesteloot), Seghers, Paris, 1962.

vendredi 15 Mai, Charles Becker

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015 

vendredi 15 Mai

Charles Becker

Cette semaine, le séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés. Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », invite les étudiants, en master ou en doctorat, à aller à la rencontre de Charles Becker, historien et anthropologue, ancien membre du CEAf, membre fondateur du réseau sénégalais « Droit, éthique, santé », membre du Comité éthique du Conseil national de la recherche en santé au Sénégal, membre du Comité de rédaction de la revue Psychopathologie Africaine, et membre du Programme de mise en ligne de la bibliothèque digitale « Africa Online Digital Library ».
Charles Becker traite notamment des questions de développement en Afrique de l’ouest, de santé, d’éthique, et de prise en charge des MST et du sida. Il s’occupe également de l’histoire de la santé, de l’histoire démographique de la Sénégambie et de la préservation du patrimoine culturel sénégambien.

Bibliographie :

Ouvrages :
- Développement durable au Sahel, avec Philippe Tersiguel, Paris, Éd. Karthala, 1998, 288 p. (Économie et développement).
- Vivre et penser le sida en Afrique / avec J.P. Dozon, Ch. Obbo, M. Touré (éds), Paris, Éd. Karthala-Codesria-IRD, 1999.
- AOF : réalités et héritages. Sociétés ouest africaines et ordre colonial, 1895-1960, 2 vol., avec S. Mbaye et I. Thioub (éds), Dakar, Direction des Archives du Sénégal, 1997.
- Santé et population en Sénégambie des origines à 1960. Bibliographie annotée, avec René Collignon, Paris, Ined, 1989.
- La recherche sénégalaise et la prise en charge du sida. Leçons d’une revue de la littérature, Dakar, Réser-Sida, 2000, 221 p. (Recherches sur le sida au Sénégal n° 3).


Direction d’ouvrages :
- L’épidémie de sida en Afrique subsaharienne. Regards historiens avec Philippe Denis (éds), Louvain, Paris, Academia-Bruylant, Éd. Karthala, 2006, 427 p. Résumés et introduction en français et version anglaise The HIV/AIDS Epidemic in Sub-Saharan Africa in a Historical Perspective en ligne.
- Promouvoir la bioéthique en Afrique (Premières journées de bioéthique de Dakar pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Quelle éthique pour la recherche en Afrique ?), Dakar, Unesco, MAE, OMS, 2005, 95 p. Version anglaise Promoting Bioethics in Africa
- Les biotechnologies. Potentiels, enjeux et perspectives : le cas du Sénégal, C. Becker et al. (éds), Dakar, Académie des sciences et techniques du Sénégal, 2004, 121 p.
- VIH/Sida et Droits de l’Homme en milieu médical sénégalais. C. Becker et al. (éds), Dakar, Éd. Amnesty International, 2003, 68 p.
- Vivre et penser le sida en Afrique / Experiencing and understanding AIDS in Africa, avec J.P. Dozon, Ch. Obbo, M. Touré (éds), Paris, Éd. Karthala-Codesria-IRD, 1999, 707 p.
- AOF : réalités et héritages. Sociétés ouest-africaines et ordre colonial, 2 vol., avec Saliou Mbaye et Ibrahima Thioub (éds), Dakar/Paris, Direction des Archives du Sénégal, diff. Karthala, 1997.


Articles et contributions :
- “Droit, éthique et sida en Afrique subsaharienne. Considérations historiques à partir de l’analyse du cas sénégalais” in L’épidémie du sida en Afrique subsaharienne. Regards historiens, pp. 309-330 / P. Denis et C. Becker (éds), Louvain/ Paris, Academia-Bruylant/ Karthala, 2006.
- “L’histoire du sida en Afrique subsaharienne. Un bilan bibliographique” in L’épidémie du sida en Afrique subsaharienne. Regards historiens, pp. 357-405 / P. Denis et C. Becker (éds), Louvain/ Paris, Academia-Bruylant/ Karthala, 2006.
- “L’Afrique et l’idée d’une pandémie de grippe. Pourquoi, comment et pour qui agir ?”,Pandémiques. Pandémies, éthique, société, Orsay (Paris 11), 2006, n°1 :69-72.
- “Des initiatives pour promouvoir le droit de la santé et l’éthique en Afrique de l’Ouest et du Centre” avec Mamadou Badji, West African Research Association Newsletter, Fall 2005, pp. 1 et 18-20.
- “Prolégomènes à une réflexion sur l’État colonial, le droit et la santé dans l’Ouest africain francophone. Questionnements à propos des pratiques et des réglementations sanitaires” in L’Afrique et la mondialisation : regards d’historiens / pp. 201-219 / Issiaka Mandé et Blandine Stefanson (éds). Paris, Bamako : AHA, Karthala, ASHIMA, 2005.
- “Note sur la bioéthique et les biotechnologies en Afrique” in Les biotechnologies. Potentiels, enjeux et perspectives : Le cas du Sénégal, pp. 61-71 / A.L. Ndiaye et al.(éds), Dakar, Académie des sciences et techniques du Sénégal, 2004.
- “Sexualité des adolescents : tendances récentes en milieu rural sénégalais”, avec V. Delaunay et al. Dossier du CEPED, Paris, 2001, n°65, 34 p.
- “Vers une demande réelle de contrôle de la fécondité en milieu rural sénégalais”, avec Valérie Delaunay, in Maîtrise de la fécondité et planification familiale au Sud, pp. 127-146 / M. Pilon et A. Guillaume (éds), Paris, Éd. de l’IRD, 2000.
- “Manifestations of urbanisation in Senegambia : situation report”, avec Hamady Bocoum, in Africa : the Challenge of Archaeology, pp. 149-170 / B.W. Andah, M.A. Sowunmi, A.I. Okpoko et al., Ibadan (Nigeria), Heinemann Educational Books, 1998.
- “Politiques démographiques et sanitaires face aux ‘maladies sexuellement transmises’ en Afrique de l’Ouest”, avec R. Collignon, in Vivre et penser le sida en Afrique, pp. 133-149 / Ch. Becker, J.P. Dozon, Ch. Obbo, M. Touré (éds), Paris, Éd. Karthala-Codesria-IRD, 1999.
- “A history of sexually transmitted diseases and AIDS in Senegal : difficulties in accounting for social logics in healthy policy”, with R. Collignon, in Histories of sexually transmitted diseases and HIV/AIDS in Sub-Saharan Africa, pp. 65-96, Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1999.
- “Épidémies et médecine coloniale en Afrique de l’Ouest”, avec R. Collignon, Cahiers d’études et de recherches francophones, 1998, vol. 8, n°6 :411-416.

Vendredi 3 avril Jean-Pierre Warnier

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

                                                                             Vendredi 3 avril

 

                                                                         Jean-Pierre Warnier

 Pour la séance du mois d’avril l’équipe du séminaire des doctorants de l’IMAf (Raspail) a le plaisir d’ inviter les étudiants à une rencontre avec l’anthropologue Jean-Pierre Warnier. Ancien professeur à l’Université René Descartes Paris V, Jean-Pierre Warnier est spécialiste du Cameroun, où il a travaillé depuis les années 1970 sur des royaumes et des sociétés basés dans l’Ouest du pays. Caractérisées par une approche anthropologique et politique, ses principales recherches portent sur la royauté Mankon au Cameroun, les cultures matérielles et leur rapport aux subjectivités, l’impact des flux culturels sur les sociétés à l’ère de la mondialisation. Il a appréhendé ces thèmes en innovant constamment la perspective théorique et méthodologique. En ce sens, il a été parmi les promoteurs du groupe de recherche « Matière à Penser » dont les réflexions sur l’entremêlement des cultures matérielles et des cultures motrices, en s’appuyant sur une démarche interdisciplinaire, ont abouti à l’élaboration d’un paradigme « praxéologique ». Ce paradigme, sur lequel Jean-Pierre Warnier étaye nombre de ses travaux, en intégrant la « valeur praxique » des matérialités et du corps dans l’étude anthropologique du politique, a le mérite, entre autre, d’avoir enrichi l’analyse d’inspiration foucaldienne sur les relations entre technologies du pouvoir et processus de subjectivation.

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Ouvrages

 

  • 2011, Manuel de socialismes par gros temps, Paris, Téraèdre.
  • 2009, Régner au Cameroun. Le roi-pot, Paris, Karthala.
  • 2008, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, (4e éd.).
  • 2007, The Pot-King. The Body and Technologies of power,Boston/Leiden,Brill.
  • 2003, Ethnologie, anthropologie, avec P. Laburthe-Tolra, Paris, PUF (2e éd).
  • 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.
  • 1993, L’esprit d’entreprise au Cameroun, Paris, Karthala.
  • 1985, Échanges, développement et hiérarchies dans le Bamenda précolonial- Cameroun, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden.

 

Direction d’ouvrages

 

  • 2013, Les enjeux de la mondialisation, co-direction avec A. Benassy-Quéré, C. Chavagneux, E. Laurent, D. Plihon et M. Rainelli, Paris, La Découverte.
  • 2004, Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, co-direction avec J.-F. Bayart, Paris, Karthala.
  • 1999, Corps à corps avec l’objetApproches de la culture matérielle, co-direction avec M.P. Julien, Paris, L’Harmattan.
  • 1996, Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d’authenticité, co-direction avec C. Rosselin, Paris, L’Harmattan.

 

Chapitres d’ouvrages

 

  • 2013, «La mondialisation de la culture ?», in J.-P. Warnier, Benassy-Quéré, et al.Les enjeux de la mondialisation, Paris, La Découverte, pp.110-123.
  • 2010, « Royal Branding and the Techniques of the Body, the Self and Power in West Cameroon », in A. Bevan et D. Wengrow (éds.), Cultures and Commodity Branding, Walnut Creek, Left Coast Press, pp.155-166.
  • 2010, « The invention of traditions and entrepreneurship: a critical perspective », in J.-P. Platteau et R. Peccoud (éds.), Culture, Institutions and Development. New insights into an old debate, London/New York, Routledge, pp.171-192.
  • 2009, « Le corps en litige en anthropologie », in D. Memmi, D. Guillo et O. Martin (éds), La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Éd. de l’EHESS, pp.171-188.
  • 2009,« Pour une anthropologie du matériel », avec M.-P. Julien et C. Rosselin, in -P. Julien et C. Rosselin (éds.), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, pp.85-110.
  • 2009,« ‘Subjectivité’, ‘subjectivation’, ‘sujet’: dialogue », avec M.-P. Julien et C. Rosselin, in M.-P. Julien et C. Rosselin (éds.), Le sujet contre les objetstout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, pp.111-166.
  • 2006, « Inside and Outside. Surfaces and Containers», in C. Tilley et (éds.), Handbook of Material Culture, London, Sage, pp.186-195.
  • 2005, «La condition de l’ethnologue dans une hiérarchie africaine: ‘danseuse’ ou ‘sauterelle’», in O. Leservoisier (éd.), Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, pp.35-50.
  • 1999, «Le sujet comme « roue d’engrenage »» in M.P. Julien et J.P. Warnier (éds), Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, pp. 192-213.
  • 1996, «Magical Iron Technology in the Cameroon Grassfields», avec M.J. Rowlands, in M.J. Arnoldi, C. Geary et K.L. Hardin (éds), African Material Culture, Bloomington, Indiana University Press, pp.51-72.

 

 

Articles récents

 

  • 2014, « L’institution monétaire de la royauté en Afrique centrale», Études Rurales, n°193, pp.107-144.
  • 2013, « Le symbolique, la dette et le handicap », avec D. Vaginay et D. Yaméogo, Famille, culture et handicap, Toulouse, ERES, pp.187-205.
  • 2011, « « Kò s’ówó »: il n’y a pas d’argent ! », avec J. Guyer, S. Kabiru, A. Olusanya, Politique africaine, n°124, pp.43-65.
  • 2010, « Physiologie de l’action et culture matérielle », Intellectica, n° 53-54, pp.181-194.
  • 2010, « Foucault en Afrique. La microphysique d’une monarchie africaine », Revue internationale des sciences sociales, n°191, pp.103-112.
  • 2009, « Technology as Efficacious Action on Objects… and Subjects », Journal of Material Culture, n°14, vol.4, pp.459-470.
  • 2009, « Les technologies du sujet. Une approche ethno-philosophique »,Techniques et Culture, n°52-53, pp.148-167.
  • 2008, « Invention des traditions et esprits d’entreprise: une perspective critique», Afrique contemporaine, n°226, vol.2, pp.243-268.
  • 2002, «Les jeux guerriers du Cameroun de l’ouest. Quelques propos iconoclastes», Techniques et Culture, n°39, pp.177-194.
  • 2001, « A Praxeological approach to subjectivation in a material world », Journal of Material Culture, n°6, vol.1, pp.5-24.

 

Pour plus d’informations et envoi d’articles veuillez contacter Chiara Brocco : chiara.brocco@ehess.fr, Kae Amo : kaekae855@hotmail.com, Allison Sanders: sanders.allison@gmail.com, Jean-Baptiste Manga: valtermanga@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance du 20 mars, de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris)

1ère Intervention

Sadia Cherif, sociologue, maitre-assistant au département d’anthropologie et de sociologie de l’université Alassane Ouattara


Discutant (sous-réserve) : Riccardo Ciavollela, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, IIAC/LAIOS-EHESS.

« Des politiques globales aux réalités : comment les femmes contribuent aux stratégies d’adaptation des moyens de subsistance ? »

Si le changement climatique fait désormais apparaitre la terre comme un corps vivant dont politiques environnementales globales et conférences mondiales sur le climat visent principalement sa préservation, force est néanmoins de constater que la hiérarchie des risques dépend des préoccupations locales. Cette communication veut ainsi montrer les réalités des enjeux environnementaux au niveau local par la mise en exergue du rôle des femmes dans l’adaptation autonome locale des agriculteurs ivoiriens à la variabilité climatique. À partir d’enquêtes ethnographiques à Zagoué, Niablé et Didablé, l’étude montre qu’à travers des rituels d’appel à la pluie, les pratiques féminines de résilience contribuent à freiner le manque d’eau venant du ciel et ainsi assurer la durabilité de leur ménage. Pour ce faire, le protocole d’adaptation autonome part des hommes à travers des rites et s’achève avec les femmes par plusieurs chants d’appel à la pluie psalmodiés autour des villages à la demande des autorités coutumières pour conjurer le mauvais sort et faire tomber la pluie. Cela dénote du rôle joué par les femmes dans les décisions prises au niveau local pour atténuer les effets des CC. Elles ont, en effet, développé une ingénierie leur permettant de contrer ses effets néfastes sur l’agriculture. Alors qu’à Zagoué en zone dan, deux chants d’appel à la pluie, Kpa yiri man hé et lahi yo lé, sont psalmodiés lorsque la période d’ensoleillement se prolonge, à Didablé et Niablé, zone akan respectivement du Centre et de l’Est, l’Adjanou ou Mouné reste le rituel féminin pratiqué pour appeler la pluie. Ces différents rituels de purification qui visent à expulser les forces du mal hors des villages ont pour conséquence immédiate la tombée de la pluie.

2ème Intervention

Pamela Millet Mouity, Doctorante en sociologie des religions, EHESS/CéSoR/CEIFR/FIRA


Discutante : Sandra Fancello, chargée de recherche au CNRS, IMAF-Aix (annulée)*

« Corps et sexualité chez les néo-évangéliques d’Ile-de-France »

Ils sont parfois à l’entrée d’un immeuble, dans la rue, dans les transports en commun ou encore dans les centres commerciaux, ces « étrangers sur la terre ». Par la « pentecôtisation » de leur quotidien s’est constituée une communauté d’« étrangers sur la terre », qui procède par la rétrocession et la mise en commun du corps de chaque fidèle. D’une altérité ambiguë, ces néo-évangéliques franciliens, majoritairement issus (mais pas exclusivement) d’Afrique subsaharienne, des départements d’outre-mer, d’Haïti et d’Amérique latine sont une minorité religieuse au sens sociologique du terme. C’est par leurs pratiques quotidiennes, leur rapport à l’Autre, à l’argent, à la société globale et particulièrement au corps, qu’ils sont porteurs d’une « culture » nouvelle, sorte de cocktail explosif entre conformisme biblique et ouverture sur le monde. Ici, le souci du corps est primordial et s’inscrit dans l’économie de l’identification et de la distinction (Tonda, 2007 : 22). Savoir entretenir son corps et maîtriser les codes d’une sexualité « pure » représentent un enjeu majeur et donnent lieu à une multitude de normes corporelles et d’interdits sexuels guidés par la quête d’un idéal ; celui d’un corps saint, jauge et miroir, d’abord individuel, puis collectif d’une spiritualité exemplaire à tous égards. Le corps « investi » et « discipliné » engendre donc d’une part, des pratiques d’hygiène spécifiques et, d’autre part, une mise en ordre sexuée des pratiques sexuelles. Car, dans cet univers de sens, le corps du fidèle n’est pas le sien. Il est « le temple du Saint Esprit ». Il faut en prendre soin. La sacralisation de la sexualité qui en découle lors des « jeux érotiques » des corps en « action », tout en étant favorable à un brin d’inventivité et de créativité de la part des sujets, en est la preuve. Cette communication nous permettra donc de comprendre comment ces néo-évangéliques, dans un processus d’identification/différenciation et de construction des frontières entre eux, les convertis, et les autres, les « païens », habitent et négocient ces normes.

*L’exposé sera suivi d’un débat dans la salle

Vendredi 6 mars Doris Bonnet

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

Vendredi 6 mars
Doris Bonnet

Pour la séance du mois de mars, l’équipe du séminaire des doctorants de l’IMAf (Raspail) invite les étudiants à la rencontre de Mme Doris Bonnet, anthropologue, directrice de recherche émérite à l’IRD, membre du CEPED. Ses travaux portent sur la littérature orale en milieu mossi (Burkina Faso), sur l’anthropologie de la santé, notamment de l’enfant ; sur la stérilité et la procréation médicalement assistée en Afrique subsaharienne. Elle a effectué ses terrains notamment au Burkina Faso, au Cameroun et en Afrique du Sud, mais aussi en Ile de France où elle a suivi, entre autre, des familles d’origine africaine dans l’accès aux soins et au cours de traitements médicaux, pour saisir les multiples enjeux et représentations sociales relatifs à une maladie génétique: la drépanocytose. Pendant plusieurs années, elle a dirigé à l’EHESS (CEAf) le séminaire « Regards croisés sur la petite enfance ». Elle est, par ailleurs, membre du comité de rédaction  de la revue « Sciences sociales et santé » et responsable du programme de recherche « AMP-Stérilité et recours à l’assistance médicale à la procréation dans le contexte de la mondialisation (Douala, Paris, Prétoria ) ».

 

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Articles

-2014,« Adopter un enfant dans le contexte de l’Assistance médicale à la procréation en Afrique subsaharienne », Cahiers d’études africaines, LIV ((3) 215), pp. 769-786.

-2014, avec Véronique Duchesne, « Migrer pour procréer : histoires de couples africains », Cahiers du Genre, vol. 56 (1), pp. 41-58. https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2014-1-page-41.htm.

-2014, avec Maryvonne Charmillot  et Véronique Duchesne, « « Parlons-en ! ». Enjeux de restitution à propos de l’infertilité et de l’assistance médicale à la procréation dans le contexte de la mondialisation», Sociologie(s), en ligne, http://sociologies.revues.org/4753.

-2012, « Infécondité et viol rituel au Burkina Faso », in La terre et le pouvoir. À la mémoire de Michel Izard, (dir.), Dominique Casajus et Fabio Viti, Paris, éditions CNRS, pp. 145-162.

-2010, « La construction sociale de l’enfance : une variété de normes et de contextes », Informations sociales. L’enfant au cœur des politiques sociales ? (160), pp. 12-19.

-2007, « La toilette des nourrissons au Burkina Faso : une manipulation gestuelle et sociale du corps de l’enfant », in Du soin au rite dans l’enfance, (dir.), Doris Bonnet et Laurence Pourchez, Ramonville Sainte Agne, éditions Erès/IRD, pp. 113-128.

-2005, « Diagnostic prénatal de la drépanocytose et interruption médicale de grossesse chez les migrantes africaines », Sciences Sociales et Santé, vol. 23 (2), juin, pp. 49-65.

-2001, « Rupture d’alliance contre rupture de filiation. Le cas de la drépanocytose en Côte d’Ivoire », in Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, (dir.), Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, Paris, Balland, pp. 257-280.

-2000, « Au-delà du gène et de la culture », Hommes et Migrations, (1225), pp. 23-38.

 

Ouvrages

-2009, Repenser l’hérédité, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

-2007, (dir.), Doris Bonnet et Laurence Pourchez, Du soin au rite dans l’enfance, Ramonville Saint-Agne, éditions Erès/IRD.

-2003, (dir.), Doris Bonnet et Yannick Jaffré, Les maladies de passage : transmissions, préventions et hygiènes en Afrique de l’Ouest, Paris, éditions Karthala.

-2003, (dir.), L’éthique médicale dans les pays en développement, Autrepart, n°28, Bondy, éditions de l’Aube/IRD.

-1999, avec Agnès Guillaume, La santé de la reproduction : concept et acteurs, Paris, éditions ETS/IRD.

-1988, Corps biologique, corps sociale : procréation et maladie de l’enfant en pays mossi, Burkina Faso, Paris, éditions ORSTOM.

-1986, Représentations culturelles du paludisme chez les Mosee du Burkina, Ouagadougou-Paris, éditions ORSTOM.

-1982, Le proverbe chez les Mossi du Yatenga (Haute-Volta), Louvain, éditions Peeters.

-1982, avec Moussa Ouedraogo,  Desiré Bonogo et Jean-Noel André, Proverbes et contes Mossi, Paris, éditions CILF,EDUCEF.

 

Pour plus d’informations veuillez contacter Chiara Brocco: chiara.brocco@ehess.fr, Kae Amo : kaekae855@hotmail.com, Allison Sanders : sanders.allison@gmail.com, Jean-Baptiste Manga : valtermanga@yahoo.fr

Séance du 20 février 2015, 15h à 17h, site Raspail : Eduardo Carrasco-Rahal, « Le corps, propriété privée, propriété sociale ou propriété de Dieu » & Pamela Millet Mouity, « Corps et sexualité chez les néo-évangéliques d’Ile-de-France »

3e et 5e vendredi du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2014 au 29 mai 2015

L’atelier des doctorants de l’IMAf se veut un cadre de présentation et de discussion des travaux de jeunes chercheur.e.s.

Nous avons le plaisir d’accueillir pour la séance du

vendredi 20 février

1ère Intervention

Eduardo CARRASCO-RAHAL, doctorant en science politique, Paris 3/Sorbonne Nouvelle

Discutant : TONDA MAHEBA, doctorant en sociologie, IRIS-EHESS

« Le corps, propriété privée, propriété sociale ou propriété de Dieu »

En matière d’éthique médicale et de gestion du corps, cohabitent des systèmes publics de santé, un système privé et des normes religieuses. La juxtaposition est hasardeuse. Pourtant, il peut être établi que, par delà des pouvoirs normatifs mal définis, émerge une bioéconomie déterminant trois formes de propriété du corps humain. De ces trois formes de propriété naissent des conseils de prévention de la transmission du VIH, mais aussi des pratiques médicales opposées. Ces trois modalités de propriété sont la propriété sociale, qui a permis l’eugénisme dans un passé récent tout en faisant la promotion de politiques sociales avancées de soins et de prévention, la propriété privée, qui privilégie la logique de l’assurance et de la responsabilité individuelle, et la propriété de Dieu, qui impose le rite comme norme médicale.

La question ne concerne pas seulement le VIH, et l’on peut, par exemple, trouver en Amérique Latine deux formes de cryogénisation des cellules souche issues du cordon ombilical. L’une est publique et son usage sur plus de 80 pathologies dont plusieurs sont mortelles (il s’y compte pas moins de neuf leucémies) dépend du principe du premier arrivé premier servi, et la deuxième, privée et chère, permet d’en faire tout usage, y compris commercial. Si ce sont ces cellules qui sont utilisées et non des cellules embryonnaires, c’est en fonction de préceptes religieux imposés comme principes de bioéthique, y compris là où l’avortement est légal. Il serait intéressant de juger les pratiques qui sont issues de ces trois formes de propriété, dont certaines qualités, comme le prêt à usage tel que le prévoit la loi, sont comiques, alors que d’autres font émerger des inégalités fondamentales dramatiques.

Au nombre de mes références se comptent Foucault (premier volume de l’histoire de la sexualité), Sociologie de la sexualité de Michel Bozon, Contrainte économique et Médecine, de Michel Geoffroy, La santé publique au service du bien commun, de Didier Jourdan.

2ème Intervention

Pamela MILLET MOUITY, doctorante en sociologie des religions, CEIFR-EHESS (CéSoR-FIRA)

Discutant : Pierre-Olivier DITTMAR, maître de conférences en histoire, GAHOM (CRH-EHESS)

« Corps et sexualité chez les néo-évangéliques d’Ile-de-France »

Ils sont parfois à l’entrée d’un immeuble, dans la rue, dans les transports en commun ou encore dans les centres commerciaux, ces « étrangers sur la terre ». Par la « pentecôtisation » de leur quotidien s’est constituée une communauté d’« étrangers sur la terre », qui procède par la rétrocession et la mise en commun du corps de chaque fidèle. D’une altérité ambiguë, ces néo-évangéliques franciliens, majoritairement issus (mais pas exclusivement) d’Afrique subsaharienne, des départements d’outre-mer, d’Haïti et d’Amérique latine sont une minorité religieuse au sens sociologique du terme. C’est par leurs pratiques quotidiennes, leur rapport à l’Autre, à l’argent, à la société globale et particulièrement au corps, qu’ils sont porteurs d’une « culture » nouvelle, sorte de cocktail explosif entre conformisme biblique et ouverture sur le monde. Ici, le souci du corps est primordial et s’inscrit dans l’économie de l’identification et de la distinction (Tonda, 2007: 22). Savoir entretenir son corps et maîtriser les codes d’une sexualité « pure » représentent un enjeu majeur et donnent lieu à une multitude de normes corporelles et d’interdits sexuels guidés par la quête d’un idéal ; celui d’un corps saint, jauge et miroir, d’abord individuel, puis collectif d’une spiritualité exemplaire à tous égards. Le corps « investi » et « discipliné » engendre donc d’une part, des pratiques d’hygiène spécifiques et, d’autre part, une mise en ordre sexuée des pratiques sexuelles. Car, dans cet univers de sens, le corps du fidèle n’est pas le sien. Il est « le temple du Saint Esprit ». Il faut en prendre soin. La sacralisation de la sexualité qui en découle lors des « jeux érotiques » des corps en « action », tout en étant favorable à un brin d’inventivité et de créativité de la part des sujets, en est la preuve. Cette communication nous permettra donc de comprendre comment ces néo-évangéliques, dans un processus d’identification/différenciation et de construction des frontières entre eux, les convertis, et les autres, les « païens », habitent et négocient ces normes.

Vendredi 6 février Jean Jamin

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS
 
1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015
Vendredi 6 février
 
Jean Jamin
 

Cette semaine, nous vous invitons à une rencontre avec Jean Jamin, spécialiste de l’anthropologie de la littérature et de la musique (notamment du jazz). Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), il a enseigné, l’histoire et l’épistémologie de l’anthropologie sociale et culturelle. Ses recherches récentes portent sur l’ethnologie de l’objet, l’anthropologie de la fiction, de la littérature et de la musique qu’elle soit populaire ou savante. Il est membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC), unité mixte de recherches du CNRS, de l’EHESS et du Ministère de la Culture, fondée et dirigée par Daniel Fabre, et avec qui il a animé de 2010 à 2013 un séminaire sur « Chant, poésie et mythe populaires ».

 
 
Bibliographie:
 
Ouvrages:
 
• Contacts et antagonismes culturels en pays kikuyu (Kenya), Paris, Éditions de l’Institut d’ethnologie, 1973.
• Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret, Paris, Édtions François Maspéro, 1977.
• Aux origines de l’anthropologie française. Les Mémoires de la Société des observateurs de l’Homme en l’an VIII, Paris, Éditions Le Sycomore, 1978, (en collaboration avec Jean Copans), 2e édition revue et augmentée : Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1994.
• La Tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau, Paris, Éditions de l’Institut d’ethnologie, 1979.
• Une anthropologie du jazz, Paris, CNRS Éditions, 2010, (en collaboration avec Patrick Williams).
• Faulkner. Le nom, le sol et le sang, Paris, CNRS Éditions, 2011.
• Une anthropologie du jazz, Paris, CNRS Éditions, collection de poche “Biblis”, 2013, 2e édition (en collaboration avec Patrick Williams).
 
Articles scientifiques:
 
2004c– “Voix sans issue. À propos de Strange Fruit”L’Homme, n° 170, pp. 199-230.
2004d –”Jazz e antropologia. Due mondi così Lontani ?”, Musica jazz, 60eannée, n° 11, pp. 34-38.
2004e – “Jazz e Antropologia”, conférences à l’Académie de France à Rome (villa Médicis) et à l’Università di Roma “Tor Vergata”, 27 et 29 avril 2004.
2005a – “Rendez-vous manqué avec le vodou”, Gradhiva, n° 1, nouvelle série, 2005, pp. 225-242.
2005b – “Fictions haut régime. Du théâtre vécu au mythe romanesque”, L’Homme, n° 175-176, pp. 165-202.
2006c – “Sonner comme soi-même. Ce que ne nous disent pas les vies de Billie Holiday”, L’Homme, n° 177-178, pp. 179-198.
2006d – “L’introduction d’André Schaeffner à Musique et danses funéraires chez les Dogons de Sanga”, précédé de “Hot Music. Une lettre inédite de Michel Leiris à André Schaeffner, 8 mars 1935”, L’Homme, n° 177-178, pp. 207-250 et pp. 199-206.
2006e – “Anthropologie d’un tube des Années folles”, Gradhiva, n. s., n° 4, pp. 3-33. (En collaboration avec Yannick Séité.)
 
Pour plus de renseignements, veuillez contacter

Atelier des Doctorants de l’lMAf : Vendredi 30 janvier Amzat BOUKARI-YABARA, historien de l’EHESS présente son ouvrage Africa Unite !

Atelier des Doctorants de l’lMAf

(Site Raspail)

3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2014 au 29 mai 2015

L’atelier des doctorants de l’IMAF se veut un cadre de présentation et de discussion des travaux de jeunes chercheurs. Nous vous proposons, pour la séance du :

Vendredi 30 janvier

Amzat BOUKARI-YABARA, historien de l’EHESS présente son ouvrage Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme

Discutant : Rémy BAZENGUISSA-GANGA, sociologue, directeur d’études à l’EHESS

le 16 janvier. Jean-Loup Amselle

Vendredi 16 janvier

Jean-Loup AMSELLE

Pour la troisième séance du séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés.  Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à la rencontre de Mr Jean-Loup Amselle, anthropologue, Directeur d’Etudes à l’EHESS. Ses travaux de terrain se sont essentiellement déroulés au Mali, en Côte d’Ivoire et en Guinée. Mr Amselle est notamment rédacteur en chef des Cahiers d’Etudes africaines.

 Ses recherches en anthropologie portent sur :

·         Ethnicité, identité, métissage

·         Art africain contemporain

·         Multiculturalisme

·         Postcolonialisme, subalternisme

 

 

Vendredi 5 Décembre : Alain MARIE Séminaire des doctorants de l’IMAF – Rencontres avec les Aînés

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

Ce séminaire vise à établir un dialogue entre les chercheurs qui ont une longue expérience dans la production scientifique et ceux qui se forment à la recherche.  Ce contexte intergénérationnel et pluridisciplinaire offre aux jeunes chercheurs la possibilité de bénéficier des expériences et parcours divers de leurs aînés.  Chaque séance abordera des questions relatives à la formation, au choix de la discipline, à la trajectoire de carrière, au cadre institutionnel et politique de la recherche.  Cela nous permettra de mettre en perspective notre formation et de mieux comprendre notre héritage intellectuel.

Vendredi 5 Décembre

Alain MARIE

 

Pour la deuxième séance du séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés.  Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à la rencontre de Mr Alain MARIE, anthropologue, maître de conférences (e.r.) à l’Université de Paris I (IEDES) et chercheur honoraire à l’ex Centre d’études africaines.

Ses recherches en anthropologie portent sur :

  • Le changement social dans les villes d’Afrique de l’Ouest
  • Les nouvelles stratégies économico-politiques des élites en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal
  • Clientélisme et corruption
  • Ethique de l’action sociale

Pour plus de renseignements ou envoi d’articles, veuillez contacter Jean-Baptiste Valter MANGA : valtermanga@yahoo.fr

Ouvrages :

2011, ARDITI Claude, JANIN Pierre et MARIE Alain (éd.), La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Réalités et faux semblants. Paris, Karthala,           2011, (Coll. Hommes et sociétés).
2008, L’Afrique des individus, Karthala, 442 p. (Hommes et sociétés : sciences économiques et politiques)
2005, La coopération décentralisée et ses paradoxes : dérives bureaucratiques et notabiliaires du développement local en Afrique, Préface. de Jean-Pierre Olivier de Sardan, Paris, Éd. Karthala, 2005, 229 p.

Direction (co) d’ouvrages

·         2003, Violence ordinaire, avec Pierre Janin (dir.), Paris, Éd. Karthala, Politique africaine, n°91, 216 p. Sommaire

·         2003, L’Afrique des citadins, sociétés civiles  en chantier (Abidjan, Dakar), avec François Leimdorfer (éds), Paris, Éd. Karthala, 406 p. (Homme et société).

·         1997, Famille et résidence dans les villes africaines (L‘Harmattan)

·         1981, co- dirigé : Villes africaines au microscope, no sp. des Cahiers d’études africaines

Articles et contributions

·         “Violences ordinaires, violences enracinées, violences matricielles”, avec Pierre Janin, pp. 5-12 et “La violence faite à l’individu (la communauté au révélateur de la sorcellerie)”, pp. 13-32, Politique africaine (Violence ordinaire)Paris, 2003, n°91.

·         “Une anthropo-logique communautaire à l’épreuve de la mondialisation. De la relation de dette à la lute sociale (l’exemple ivoirien)”, Cahiers d’études africaines, Paris, 2002, n°166.

·         Parenté, échange matrimoniale et réciprocité, L’Homme, Paris, 1972, vol. 12, n°3 :5-46.

·         Sociologues en ville (S. Ostrowetsky, éd., L’Harmattan, 1996),

·         M. Pilon et al., éd., Ménages et familles en Afrique : approche des dynamiques contemporaines (CEPED, 1997)