Vendredi 21 Novembre Atelier des Doctorants de l’lMAf (Site Raspail)

Atelier des Doctorants de l’lMAf 
(Site Raspail)
 
3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2014 au 29 mai 2015
 
L’atelier des doctorants de l’IMAF se veut un cadre de présentation et de discussion des travaux de jeunes chercheurs. Nous vous proposons, pour la séance du : 
 
Vendredi 21 Novembre 
 
I temps
 
Armelle Cressent
 
« Comment constituer un corpus de sources pour penser la violence coloniale en histoire ? »
 
Je vous propose de présenter la facon dont j’ai constitué mon corpus de sources, ce qui est évidemment central en histoire. Je travaille sur la facon dont la violence coloniale est devenue sujet d’histoire chez les historiens de l’Afrique de la premiere generation postcoloniale. Je m’interroge donc sur la facon dont elle a été ‘problématisée’ après 1960, sur les conditions épistémologiques de son entrée en histoire en tant que discipline, mais aussi sur des aspects de généalogie, de seuil ou de limite pour penser la violence. Différentes questions se sont donc posées pour constituer le corpus de sources, relatives à:
L’objetviolence coloniale : qu’est-ce qui entre dans l’objet: esclavage, travail forcé, conquête, torture etc. mais s’il y a des ‘silences’ ou des ‘non-dits ‘comment en tenir compte et les laisser surgir ? Comment donc construire un corpus de sources en acceptant ou en laissant la place à de possibles circulations d’énoncés entre des unités moins ‘classiques’ pour les historiens; 
Des unités : plus classiques comme celle d’auteur ou d’historien qui peut tenir différents types de discours en fonction de ses lieux d’énonciation et donc que retenir pour la thèse et pour quelle représentativité?; mais aussi comme celle de livre ou d’ouvrage qui n’est pas uniquement l’objet d’un seul auteur; ou encore comme celle de public oude lecteur. Je me suis notamment interrogée sur la notion de ‘large public’ puique j’aborde la question de la reproduction et diffusion des savoirs sur la violence coloniale;
Des aspects institutionnels : en faisant dialoguer des savoirs institués et des savoirs moins institués voire censurés. Le corpus est très ‘hétérogène’ puisque des manuels universitaires côtoient des romans, des essais ou des films.
 
 
II temps
 
Fernande Nguemo, doctorante en Anthropologie sociale IMM/EHESS
 
La construction d’une identité liée à la vulnérabilité. Jeux et enjeux de l’aide internationale aux populations africaines : le cas du Cameroun
 
Par cette recherche, nous cherchons à savoir dans quelle mesure l’aide internationale peut être vectrice d’un processus de construction d’identité liée à la vulnérabilité auprès des populations africaines qui en sont les « bénéficiaires ». Notre hypothèse de départ est que les populations du Sud, objet de l’aide internationale humanitaire, s’identifieraient comme personnes « vulnérables », et que cette propension serait liée à l’approche avec laquelle elles sont traitées par la communication et les actions des ONG et des autres acteurs de l’aide. Les populations sont en effet influencées par ces relations d’aide et s’identifient comme des êtres dominés et vulnérables, incapables de se prendre en main, et nous postulons que ce phénomène entretient un rapport étroit avec les images et les discours propres à la communication de leurs bienfaiteurs. A la suite de cette hypothèse, nous formulons que d’autres jeux de rôles interviennent entre bénéficiaires et humanitaires, venant souvent d’un imaginaire collectif lié à la colonisation et empreint de plusieurs représentations sociales.
Dans ce système de l’aide humanitaire et l’aide au développement, nous verrons quelles sont les différentes relations que nourrissent les acteurs de l’aide avec la population des pays aidés. Et dans cette relation à autrui, nous verrons quels sont les différents rapports qui s’établissent et les divers processus de construction d’identités qui en résultent. L’anthropologie sociale, l’anthropologie du changement social, l’anthropologie du développement, la psycho-sociologie, mais aussi l’anthropologie de la communication sont nos domaines de recherche. La communication pour le développement, la communication interculturelle et la communication de masse seront aussi abordés comme procédés de transmission de représentations sociales, d’interaction sociale et de construction de soi.
 
Mots clés : identités, représentations sociales, participation, anthropologie du changement social, société du don.
Discutante, Roberta Rubino docteure en Anthropologie Sociale, IMAF
 

Dans l’espoir de vous accueillir nombreux et nombreuses
 
Carolina De Rosis et Doris Ehazouambela
 
 

Vendredi 7 novembre. François Pouillon

Pour lancer le séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés.  Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », l’ équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à aller à la rencontre de François Pouillon, Directeur d’études à l’EHESS, membre du CHSIM (aujourd’hui refondu dans l’IMAF conjointement au CEAf), ancien membre du CEAf et un des organisateurs du cycle de formation à la recherche en Afrique (FRAN).

Spécialiste du monde arabe, François Pouillon traite notamment de l’anthropologie du monde arabe, de l’anthropologie historique des sociétés de l’Islam arabe, particulièrement du monde bédouin, et de la construction et représentation de l’Islam méditerranéen.

Articles suggérés:

·       « Dernière séance : retour sur un séminaire » dans  , Pratiquer les sciences sociales au Maghreb. Textes pour Driss Mansouri, (Dir. François Pouillon et Mohamed Almoubaker) Fondation Abdul Aziz, Casablanca & Université de Fès. 2014.

·       « Du terrain aux archives et retour : divagations d’un anthropologue », in Les Archives, la Société et les Sciences humaines (dir. Hassan El-Annabi, Kmar Bendana, Habib Belaid, Hédi Jallab, Mabrouk Jbahi), Tunis, CERES & Archives Nationales de Tunisie, 2012,  p. 189-219.

·       « Algérie, ma vie », Intersignes, 10, 1995, p. 289-297.

Ouvrages :

·       Abd el-Kader le magnanime (avec Bruno Étienne), Paris, Gallimard/Institut du Monde Arabe (coll. Découvertes-Gallimard), 2003

·       Une histoire anthropologique de l’Islam méditerranéen: Lucette Valensi à l’oeuvre. (editions Bouchène) 2002

·       La sociologie musulmane de Robert Montagne (Editions Maisonneuve & Larose, 2000)

·       Les deux vies d’Étienne Dinet, peintre en Islam : l’Algérie et l’héritage colonial, Paris, Balland, 1997

·       2014 (Dir., avec Mohamed Almoubaker), Pratiquer les sciences sociales au Maghreb. Textes pour Driss Mansouri, Fondation Abdul Aziz, Casablanca & Université de Fès.

·       2012 (Dir.) Dossier « Après l’orientalisme ? Médiations, appropriations, contestations », in Maghreb et Sciences Sociales (IRMC Tunis/L’Harmattan).

·       2012 (Dir., avec Alban Bensa) Terrains d’écrivains. Littérature et ethnographie,Toulouse, Anacharsis.

·       2011 (Dir., avec Jean-Claude Vatin), Après l’orientalisme : l’Orient construit par l’Orient, Paris, IISMM/Karthala ; éd. Maghrébine : Casablanca, Fondation Abdul-Aziz, 2012.

·       2010 (Dir., avec Corinne Cauvin Vernet et Valérie Beaumont), Dossier « Sexualités au Maghreb : essais d’ethnographies contemporaines », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS édition.

·       2009 (Dir.), Léon l’Africain, Paris, IISMM-Karthala (« Terres et gens d’Islam »). (Voir compte rendu dans la REMMM)

·       2008 (Dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM-Karthala (3e éd. 2012).

·       2003 (avec Bruno Étienne) Abd el-Kader le magnanime, Paris, Gallimard/Institut du Monde Arabe.

·       2002 Ziani. Les lumières de l’histoire (entretiens avec François Pouillon), Alger, Zaki Bouzid.

·       2002 (Dir.), Lucette Valensi à l’œuvre. Une histoire anthropologique de l’Islam méditerranéen, Paris, Bouchène.

·       2000 (Dir., avec Daniel Rivet), La sociologie musulmane de Robert Montagne, Paris, Maisonneuve & Larose.

·       1997 (Dir.), « Enquêtes dans la bibliographie de Jacques Berque », n° spécial de la [Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM), (1-2), n° 83-84.

·       1997 Les deux vies d’Étienne Dinet, peintre en Islam : l’Algérie et l’héritage colonial, Paris, Balland. (Voir compte rendu dans Annales ESC)

Séminaire des doctorants de l’IMAF-Raspail 2014-2015 RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

Ce séminaire vise à établir un dialogue entre les chercheurs qui ont une longue expérience dans la production scientifique et ceux qui se forment à la recherche.  Ce contexte intergénérationnel et pluridisciplinaire offre aux jeunes chercheurs la possibilité de bénéficier des expériences et parcours divers de leurs aînés.  Chaque séance abordera des questions relatives à la formation, au choix de la discipline, à la trajectoire de carrière, au cadre institutionnel et politique de la recherche.  Cela nous permettra de mettre en perspective notre formation et de mieux comprendre notre héritage intellectuel.

Le séminaire sera en alternance avec l’atelier des doctorants, prévu le troisième vendredi de chaque mois, espace dédié à la présentation et à la discussion de travaux de thèse.

Séminaire des doctorants du CEAf 2014 « L’expérience ethnographique. Rencontre avec les Aînés »

L’expérience ethnographique. Rencontres avec les Aînés

Séminaire des doctorants du CEAf 2013-14

Kae Amo, Carolina de Rosis, Jean-Baptiste Manga, et Allison Sanders, doctorants à l’EHESS

1er et 3e vendredis du mois

de 15 h à 17 h

CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

du 15 novembre 2013 au 20 juin 2014.

Après avoir exploré, l’année précédente, certaines grandes questions que pose l’enquête de terrain aujourd’hui, notamment les questions éthiques et le développement des moyens de communication qui ont fortement modifié les rapports au terrain, nous souhaitons faire dialoguer ceux qui ont déjà une très longue expérience de terrain avec les nouveaux venus.  Qu’est ce qui a changé dans la façon d’aborder un terrain et d’en rendre compte ? Que pourrait-on envisager pour le futur ? Discuter avec les Anciens qui ont vécu tous ces changements paraît d’un intérêt certain pour les débutants.

L’atelier des doctorants, prévu le troisième vendredi de chaque mois, sera l’occasion d’échanger autour des travaux de chacun.

 

Vendredi 15 novembre


Invité : Jean-Pierre DOZON

Pour lancer le séminaire des doctorants du CEAf 2012-2013 : « L’expérience ethnographique. Rencontres avec les Aînés », l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à une présentation du Centre d’Etudes Africaines de l’EHESS et à une introduction à l’africanisme à travers une rencontre avec Jean-Pierre Dozon, Directeur de recherche émérite à l’IRD et directeur du CEAf de 1994 à 2004.

Discutants : Jean-Baptiste MANGA et Allison SANDERS

Pour plus de renseignements, contactez valtermanga@yahoo.fr ou sanders.allison@gmail.com

 

Projection-Débat « TAXIWAY » séance du 1er mars‏ « Ethnographie visuelle et le film ethnographique : entre la poétique d’images et la production scientifique »

Le Séminaire du Doctorants du CEAf

L’expérience ethnographique. Méthodes, éthiques et stratégies de terrain

1er Mars  de 15 h à 17 h (CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

« Ethnographie visuelle et le film ethnographique : entre la poétique d’images et la production scientifique »

Projection débat 

TAXIWAY

 Alicia Harrison

 Dans l’intimité des taxis jaunes, alors que la ville défile autour de nous, les chauffeurs immigrés de New York me racontent leurs trajectoires. Tout en dessinant les contours de l’Amérique de demain, leurs histoires interrogent la volonté de devenir ce que l’on désire : comment choisir sa vie plutôt que la subir ? Comment trouver sa voie, my way ? Comment conduire sa vie ? Ensemble, nous tissons une fable collective de l’exil et du choix.

  Cette séance est l’occasion d’un débat avec l’auteur du film, autour des diverses problématiques de la réalisation documentaire et scientifique.

La rédaction d’une thèse en sciences sociales a quelques similitudes avec la réalisation d’un film. Nous avons en effet, dans les deux cas, un « regard » – éloigné ou proche -, un objet, un propos, et une technique descriptive pour raconter une « histoire ». Cette production, scientifique ou artistique est une manière de revisiter un univers à travers le regard de « l’observateur-créateur ». C’est en quelque sorte, un jeu de miroir : qui du chercheur ou de l’acteur ?

Le film «ethnographique » ne se limite pas à un support de recherche, il constitue un « monde » qui raconte une « réalité », une « vérité » intimement liée à l’identité de l’auteur.

Intervenante : Alicia Harrison

Franco-américaine, Alicia Harrison a grandi à New York avant de venir faire ses études à Paris, en 2000. Parallèlement à son parcours en philosophie à l’Ecole Normale Supérieure, elle réalise ses premiers courts-métrages documentaires.  En 2007, elle suit une formation en réalisation documentaire aux Ateliers Varan à Paris, au cours de laquelle elle réalise « Le repousseur sur métal », Grand Prix du Festival F.I.L.M. 2008. Aujourd’hui, elle travaille en tant que chef opératrice et assistante de réalisation, et vient de terminer son premier documentaire Taxiway.

Discutante : Kae AMO (doctorante, l’EHESS, CEAf)

 

Séance du 1er février. La relation d’enquête entre demande et exigence éthique

Elodie Cretin : Ingénieur de recherche clinique / Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Besançon et Co-coordinatrice de l’espace de réflexion éthique Bourgogne / Franche-Comté (BFC)

 

Des recherches cliniques qualitatives ? L’exemple des études menées par le CHRU de Besançon

 

L’équipe de recherche interdisciplinaire « Ethique et Progrès » du CHRU de Besançon (CIC-IT 808 Inserm ( Centre d’Investigation Clinique en Innovations Technologiques) Service de Soins Palliatifs, Espace Ethique BFC) mène, dans le domaine de la fin de vie, des recherches qualitatives réalisées dans le cadre réglementaire de la recherche biomédicale.  La réalisation de telles études présente des spécificités éthiques, dues tant à la population impliquée (personnes en fin de vie) qu’aux méthodes utilisées, qui nécessitent d’avoir recours à des stratégies d’adaptation venant questionner le positionnement mutuel des paradigmes en confrontation. Nous vous présenterons lors de ce séminaire des exemples de cohabitation et d’ajustement entre recherche biomédicale et recherche en sciences humaines et sociales, afin de soumettre ces situations à la discussion.

Modératrice: Carolina De Rosis EHESS, CEAf

Débat


Séance du 11 janvier. Choix de posture et ambivalence de postion des chercheur-e-s sur le terrain. Retours réflexifs

Oumy Thiongane : doctorante EHEES Paris, Centre Norbert Elias Marseille (EHESS – CNRS – UMR8562)

Une éthique de la recherche anthropologique dans l’épistémologie de la rencontre. Retour réflexif sur un terrain qui n’eut pas lieu

L’enquête ethnographique dans le milieu des sciences sociales biomédicales ne va pas toujours de soi et peut engendrer de véritables malaises. D’importantes questions liées à la posture, à l’assignation et à la légitimité de l’anthropologue se posent surtout lorsque la demande n’émane pas du terrain. Plusieurs analyses en sciences sociales ont souligné la position souvent ambiguë de l’ethnologue dans une telle configuration de la recherche (Rabinow, 2011). Cependant peux interrogent la question politique liée à la posture du chercheur et à ses choix d’investigation ainsi qu’au contexte institutionnel de la recherche.
A partir de travaux de recherche entrepris lors de ma thèse dont un terrain dans un laboratoire pastorien au Niger, cette contribution se propose d’analyser le contexte d’enquête, la sortie du terrain de l’anthropologue et la question de la construction du discours de subjectivation.
Cette contribution sera basée sur des données issues d’une première recherche de terrain au Niger en 2009 dans le cadre d’une thèse sur la construction des épidémies de méningite comme problème de santé publique. Les données ont été recueillies durant deux mois et ont été complétées par une analyse documentaire ainsi que des entretiens.

François Enten : doctorant EHESS Marseille, chef de mission pour MSF et consultant UNICEF

Accès au terrain et restitutions des données : entre anthropologie et pratique humanitaire

Nous proposons au cours de notre exposé de nous pencher sur les processus d’ouverture/fermeture de l’accès aux terrains et d’inclusion/rejet des restitutions qui ont présidé au déroulement d’enquêtes conduites sur le sujet « sensible » de la gestion de l’aide alimentaire en Ethiopie. Cette tentative d’analyse rétrospective se fera à travers le prisme de l’ambivalence de la position de l’enquêteur, à la fois chercheur anthropologue et praticien de l’humanitaire. Nous conduirons cette réflexion par le biais de récits sur le déroulement d’enquêtes conduites dans le cadre d’une thèse et par de brefs éclairages sur des expériences de consultant pour les organisations humanitaires.

Modératrice : Carolina De Rosis, doctorante EHESS Paris

Débat

Séance du 7 décembre, Terrains sensibles, terrains ambigus

Séminaire des doctorants du CEAf (Doceaf)

EXPERIENCE ETHNOGRAPHIQUE.

METHODES, ETHIQUES ET STRATEGIES DE TERRAIN

Le 7 décembre 2012 de 15 h à 17 h (CEAf, salle de réunion, 2ème étage, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Terrains sensibles, terrains ambigus

Moke Chéri Samba, Scène de rue / Bagarre de femmes

Certains chercheurs restent des années sur leur terrain afin de s’intégrer au milieu, jusqu’à y adopter certaines de ses valeurs, et de comprendre la manière dont leurs interlocuteurs y vivent. Ils finissent alors par changer leur manière de percevoir le monde. D’autres, en raison des contingences dues à leur travail : financement, programme de recherche, terrain dangereux (conflit, guerre, causes politique, etc.), ne s’attardent pas. Il y a également ceux qui travaillent « chez-soi », dans la ville ou le village de leur origine ou dans les quartiers où ils vivent, tout en adoptant une posture d’ « observateur ». Enfin, prenons en compte une dernière catégorie, celle des universitaires qui inscrivent leur recherche dans le domaine « humanitaire » ou du « développement » et qui se distinguent des autres par l’application concrète de leur recherche à des fins d’«utilité sociale » tandis que les autres destinent le résultat de leur travail aux seules sphères universitaires.

Les questions de méthodologie, d’épistémologie et d’éthique se posent dans toutes les expériences liées au terrain.

Comment peut-on accéder au terrain ? Combien de temps faut-il pour avoir des informations suffisantes ? Comment aborder les individus, dans quelles conditions et dans quel type de rapport ? Que peuvent dire, ou ne pas dire nos interlocuteurs ? Nous racontent-ils la « vérité » ? – Est-ce leur « vraie » opinion, ou essayent-ils de nous « manipuler », de brouiller nos esprits, voire tout simplement de se débarrasser de nous ? – D’ailleurs, nous, les chercheurs, nous soucions-nous de  connaître la « vérité » (si oui, laquelle et pour qui) ? Pouvons-nous rester indifférents face à nos interlocuteurs dans une situation difficile ; devons-nous chercher la solution à des problèmes existentiels ou devons-nous rester de simples observateurs ?

Tout terrain est ambigu, sensible, mais certains présentent plus de risques dans l’observation et l’interprétation : terrains marqués par le danger, le conflit, la souffrance… D’autres questions se posent dans le processus d’écriture, la production scientifique. Le chercheur est tiraillé entre ce qu’il veut démontrer, ce que le terrain lui raconte, et ce que son milieu d’appartenance scientifique, qu’il soit purement académique ou de recherche appliquée, exige ; ce qu’il a compris lui-même, et ce qu’il ne peut pas dire. Le chercheur est donc placé entre une neutralité impossible et une implication délicate. Son principal risque n’est-il pas avant tout d’être instrumentalisé ?

«  Que fais-tu ici ? Qui es-tu ? Que fais-tu de toutes ces notes, de ces enregistrements …? » Les questions de certains interlocuteurs curieux ou méfiants nous amènent à repenser notre statut même de « chercheurs » : individus qui partageons un même espace-temps avec nos interlocuteurs. Certains chercheurs prennent enfin une position plus ferme : celle du « chercheur-militant ». A quel moment l’« observation participante » devient-elle une « participation active » ?

En s’appuyant sur des cas concrets, cette séance vise à nous engager en tant que doctorants ou jeunes chercheurs, issus de disciplines différentes, dans une réflexion collective sur les aspects ambigus ou sensibles de nos terrains.

 

Discutant : Omar GUEYE (Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, chercheur à l’IEA)

Intervenants :

Gilles VERPRAET (Sociologue, CNRS, Université Paris Ouest)  

«Questions de recherche et questions de terrains »

Jean-Louis EDOGUE NTANG (EHESS, CEAf )  

«Récit d’une expérience de terrain dense dans un quartier africain de Rabat »

Modérateur : Kae AMO,  (Doctorante en Anthropologie,EHESS, CEAf)

 

 

Vendredi 2 nov. 2012 Table ronde : Les Terrains du Centre d’Etudes Africaines

 

 Table ronde :

Les Terrains du Centre d’Etudes Africaines

Vendredi 2 novembre 2012, de 15h à 17h

CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

Modérateurs : Jean-Baptiste MANGA et Allison SANDERS, doctorants

Pour introduire le séminaire des doctorants du CEAf (doCEAf) 2012-2013 : L’expérience ethnographique. Méthodes, éthiques et stratégies de terrain, l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à une table ronde pour lancer le débat sur le terrain et les thèmes du séminaire de cette année.

Pour plus de renseignements, contactez:

valtermanga@yahoo.fr ou sanders.allison@gmail.com

Séminaire du DoCEAf 2012-2013 : L’expérience ethnographique. Méthodes, éthiques et stratégies de terrain

L’Atelier des doctorants du CEAf  devient le « Séminaire du DoCEAf »  à partir de l’année 2012-2013, sous l’intitulé : L’expérience ethnographique. Méthodes, éthiques et stratégies de terrain (DoCEAf)

* 1er vendredi du mois de 15 h à 17 h (CEAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 2 novembre 2012 au 6 juin 2013.

Argumentaire :

Si faire du terrain (« fieldwork ») peut être considéré comme l’impératif catégorique de l’anthropologue (Copans 2005), les questions relevant de l’enquête ethnologique ont tellement évolué depuis un siècle, que l’ethnographie est devenue l’une des préoccupations épistémologiques majeures de la discipline. En abordant dans un premier temps le terrain comme une tradition disciplinaire aux approches et aux orientations multiples, ce séminaire vise à mettre en débat les différentes conséquences du déclin de « l’autorité ethnographique » sur l’enquête de terrain . A travers la présentation, au cours de l’année, de plusieurs exemples d’enquêtes empiriques et de différentes formes de restitution nous tenterons d’engager une réflexion plus ponctuelle autour de deux axes.

D’une part, seront abordées les questions d’éthique et de politique des enquêtes ayant trait à la production des données et aux stratégies utilisées par le chercheur en fonction de sa place et de son positionnement sur le terrain. D’autre part, en regardant le terrain tant comme « mémoire », toujours réhabilitée par la nécessité du retour aux enquêtes que comme ensemble de matériaux collectés, nous nous efforcerons de mettre au jour les enjeux politiques et éthiques de la restitution scientifique des données produites. Une particulière attention sera consacrée à la place que les « enquêtés » prennent tant au cours de la production ethnographique qu’aux différents moments de sa restitution. Le but est celui de mettre en lumière les rapports de pouvoir ainsi que les liens, les tensions, les crispations, les concurrences, éventuellement les ruptures et les possibles recompositions qui façonnent le pacte exprès ou tacite qui s’établit entre les enquêtés et l’enquêteur, dès son arrivée sur le terrain aux différentes formes de le restituer.

Thématiques :

* Les terrains du CEAf

* Découverte, Invention, Évaluation: « terrains » entre anthropologie et expertise

* Ethique de l’enquête et du traitement des données en anthropologie et sociologie de la santé

* Reconfiguration des « terrains » et nouvelles technologies : Ethnographie entre virtuel et réel

* Ethnographie visuelle et le film ethnographique : entre la poétique d’images et la production scientifique

* Glissement du terrain

* Anthropologie « chez soi »

* Ethnologie et Ethnology

Contacts :

* Allison SANDERS, (sanders.allison@gmail.com)

* Carolina DE ROSIS (carolinarosis@yahoo.com)

* Jean-Baptiste MANGA, (valtermanga@yahoo.fr)

* Kae Amo, (kaekae855@hotmail.com)

Séance : vendredi 25 mai, Enjeux de de mémoire(s) et d’histoire(s) aujourd’hui sur le continent. Étude de cas en Angola et au Sénégal

Nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaine séance de l’Atelier des Doctorants du CEAf

Vendredi 25 mai
14h à 16h
Salle des doctorants du CEAf ( il s’agit de la salle immédiatement à droite au 2ème étage !)
96 bd Raspail, 75006 Paris 

« Enjeux de de mémoire(s) et d’histoire(s) aujourd’hui sur le continent. Étude de cas en Angola et au Sénégal »

Intervenant(e)s:
★ Juliana Lima, Doctorante en science-politique, CEMAF-CEESP, Paris 1
La gestion du passé dans l’Angola post guerre : acteurs et répertoires d’action

★ Martin Mourre, Doctorant en anthropologie, CEAf, EHESS-IRD

Histoire et mémoire coloniale dans le Sénégal contemporain, comment établir de nouveaux corpus d’archives et que faire de ceux-ci.

Argumentaire:

La gestion du passé dans l’Angola post guerre : acteurs et répertoires d’action

Juliana Lima

Depuis les années quatre-vingts, les politiques mémorielles prennent davantage d’importance au sein des processus de sortie de conflits. Cela se traduit par la prolifération de musées commémoratifs, la multiplication de célébrations d’hommage aux victimes, la création de monuments dédiés à des batailles historiques, l’ouverture et la préservation des archives, la sacralisation des rites et des dates commémoratives, l’héroïsation de personnages historiques, etc. Pourtant, malgré un mouvement mondial presque univoque dans ce sens et en dépit des investissements de divers acteurs dans la promotion de politiques mémorielles (gouvernements, société civile locale et société civile internationale), le cas angolais paraît échapper à ces dynamiques. Le monde salue les bienfaits d’une politique de dialogue, de la vérité, de la mémoire et de lutte contre l’impunité. Or, la longue guerre angolaise (1975-2002) s’acheva par la force et rencontra dans le pardon, l’impunité et le silence son empreinte particulière.

C’est dans ce scénario que je propose d’analyser la dynamique de la gestion du passé dans les dix premiers années de paix en Angola En partant d’un cadre d’apparente absence de politiques officielles de mémoire, je m’intéresse, en premier lieu, aux acteurs institutionnels et leurs actions autour de la mémoire de la guerre post coloniale. La question de la légitimation des différents groups politiques par rapport à la lutte de libération et au passé post coloniale semble être le point le plus controversé, empêchent l’émergence d’une histoire consensuelle « institutionnalisée ». Pourtant, une histoire partisane est en train de s’écrire, de manière subliminaire, par le parti au pouvoir. Je propose ainsi d’analyser certains actions qui permettent de mettre en avant ce qui ce passe en marge d’une politique de transition apparemment centrée sur le silence. En deuxième lieu, je me propose de confronter ces initiatives aux répertoires d’action de divers acteurs qui à un moment donnée essayent de s’exprimer à propos du passé.

Il s’agit ici, d’une tentative de mise à plat des modes de gestion du passé1 dans l’Angola post guerre – et du rapport des angolais au silence. Comme point de départ j’ai essayé d’identifier les acteurs de la gestion du passé en Angola et de recenser leurs répertoires d’action. Le tableau ci-joint rend compte de la multiplicité d’acteurs acteurs investis dans la transmission de la mémoire et de leurs répertoires d’action, permettant d’avoir un aperçu d’actions qui se mettent parallèlement en œuvre soit pour renforcer la politique de transition mis en place par le gouvernement, soit pour contourner l’imposition du silence et affronter la peur et l’(auto)censure qui entoure la parole autour des années de violence qui ont marquées l’histoire de l’Angola.

 

Histoire et mémoire coloniale dans le Sénégal contemporain, comment établir de nouveaux corpus d’archives et que faire de ceux-ci.

Martin Mourre

Le passé colonial semble prendre une importance croissante dans les modes de subjectivation de différents types d’acteurs sociaux du continent africain: groupes subalternes, jeunes, urbains, artistes, voire gouvernements, réinvestissent certains discours ou évènements de l’histoire coloniale suivant des processus divers. Ces passés sont bien souvent appréhendés à travers des narrations alternatives tendant à rejeter toute une histoire officielle écrite sous la colonisation, que celle-ci soit le fait de chercheurs – principalement des ethnologues – ou par des agents coloniaux – administrateurs ou missionnaires. Ces processus de réécriture de l’histoire furent d’abord l’œuvre des premiers historiens de l’indépendance, ils s’articulent désormais largement, et de manière plus diffuse, avec la culture populaire. L’histoire, alors décloisonnée de la sphère académique, médiatisée à travers différents supports, performés ou pas, semble devenir un bien public en tension – tendance que l’on retrouve d’ailleurs un peu partout sur le globe. À travers l’exemple d’un événement de l’histoire coloniale, la répression de Thiaroye au Sénégal en 1944, dont la mise en mémoire relève finalement plus de différents mouvements artistiques que de l’historiographie, cette communication interrogera deux axes de cette problématique de l’apparition de l’histoire dans l’espace social.

D’une part, il s’agit pour le chercheur de constituer un corpus d’œuvres d’art traitant des évènements de Thiaroye, soit quelles œuvres retenir : en fonction de leur support, de leur date de réalisation, des traits convergents et divergents qui les relient, de leurs audiences potentielles ? Formulé ainsi, le corpus dégagé permet d’interroger le cœur de la pratique historienne, à savoir le passage du document à la source de connaissance. La configuration historique singulière du continent africain (concomitance du colonial et du postcolonial, « manque » d’archives) ouvre alors peut-être des pistes fécondes pour une réflexion plus large autour de la discipline historienne, ici au confluent de la sociologie de l’art. D’autre part, nous questionnerons les modes d’interrogations de ce nouveau type d’archives. Dans le cas de chansons, la texture vocale, la scansion et les accompagnements musicaux influent parfois autant, si ce n’est plus, sur le contenu du message qu’uniquement le texte, la force du poème dépend de celui qui le déclame, quand au théâtre ou au cinéma ils sont nécessairement tributaire de leur mise en scène. Ce travail de la perception, enraciné dans l’expérience commune, conduit alors à envisager l’œuvre-archive comme un espace en partage.

Notre propos s’articulera autour de la présentation quasi exhaustive des œuvres d’art mémorielles centrées sur les évènements de Thiaroye depuis 1944 jusqu’à 2010. L’analyse de ces documents performés, ou qui pourraient l’être, ouvrent alors la voie à une ethnographie de la réception, au cœur à la fois du processus de production de connaissance et des constructions identitaires et politiques des acteurs sociaux. Nous conclurons par un questionnement sur les enjeux épistémologiques et sociaux soulevés par ce nouveau type d’analyse.

Le 6 avril 2012, la Deuxième Session / Rencontre-Débat autour de l’élection présidentielle au Sénégal « OU VA SUNU GAAL? »

Le Séance Spéciale de l’Atelier des Doctorants du Centre d’Études Africaines (CEAF)
Le Vendredi 6 avril de 17h30 à 19h30, dans la salle de réunion de l’IISM (1ère étage)

96 bd Raspail, Paris 6ème

Suite à notre dernière rencontre-débat du 13 mars qui a suscitée une grande discussion, nous organisons la deuxième session postélectorale pour débattre largement sur la destinée du « Sunu Gaal », »notre pirogue » en wolof, qui est l’une des étymologies de ce beau pays.

Cette rencontre-débat organisée par les doctorants du Centre d’Etudes Africaines a pour but de partager les différentes expériences et points de vue autour de cette élection 2012.

Discutant :

Omar Gueye  (Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, chercheur à l’IEA)

Contributions : 

Arona Cissé (Doctorant en économie LEREPS, Université Toulouse 1, ATER, Université Paris XI)

« La nouvelle alternance politique au Sénégal : des intrigues préélectorales à la vérité des urnes » 

Aissatou Diallo (doctorante à l’EHESS, Centre d’Etude sur la Chine Moderne et Contemporaine)

« Vingt ans de politiques d’ajustements structurels, douze ans d’alternance: de quel Sénégal hérite Macky Sall? »

 


Séance du 2 mars 2012 « Mémoire et Religieux: le cas de la Mouridiyya »

Le 2 mars de 14h à 16h, dans la salle de réunion du CEAf

96 bd Raspail, Paris 6ème

« Mémoire et Religieux: le cas de la Mouridiyya »

 

L’étude de Paul Marty (1913), marque un des points de départ de la littérature africaniste socio-anthropologique et historique, consacrée aux Mourides, qui aujourd’hui sont connus comme étant les adeptes musulmans d’une confrérie sénégalaise, la Mouridiyya, de son fondateur le marabout Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927).

L’un des axes de notre atelier se propose de voir comment cette production historiographique africaniste a contribué pour sa part à construire une « mémoire » écrite de cette confrérie sénégalaise, tout en précisant que cette mémoire est liée à la production d’une hagiographie autour d’Ahmadou Bamba.

Par conséquent, des expressions de commémoration de l’exil du Gabon (1895-1902) de ce personnage, entreprises par ses adeptes, constitueront donc l’autre axe de réflexions de notre atelier. Ce qui nous amène à s’interroger sur l’expression d’une nouveauté au sein de la Mouridiyya à partir des commémorations. Ne donnent-elles pas l’occasion d’une nouvelle production africaniste ? La jonction de l’oralité et de l’écrit ratifie-t-elle la mémoire de la Mouridiyya ?

* Doris Ehazouambela, Doctorant en anthropologie, EHESS, CEAf. « Expression mémorielle des Mourides au Gabon »

* Allison Sanders, Doctorante en anthropologie, EHESS, CEAf “Les Africanistes et la production des connaissances sur la confrérie Mouride »

Discutants

* Blondin Cissé, chercheur associé au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques (Csprp, Paris 7 Denis Diderot) et à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS, EHESS).

* Frédérique Louveau, chercheure associée au CEAF

séance du 10 février « Migrations de retour et sociétés d’origine : une analyse critique à partir de Lomé et du Caire »

Le 10 février de 14h à 16h, dans la salleSalle des artistes

96 bd Raspail, Paris 6ème

« Migrations de retour et sociétés d’origine : une analyse critique à partir de Lomé et du Caire ». 

Migration et développement du pays d’origine sont régulièrement reliés dans les discours de l’expertise internationale, des Etats d’émigration et d’immigration, dans les médias des sociétés d’origine, voire dans la recherche en sciences sociales. Aux appréhensions positives fait écho l’épouvantail des « risques » migratoires, souvent énoncés en termes d’incompatibilité culturelle. La présente contribution utilise la thématique du retour comme outil pour repenser les dimensions sociales et politiques des flux migratoires. Sur la base de la comparaison entre deux ethnographies à Lomé et au Caire, il s’agit de mettre en avant la légitimé empirique d’une anthropologie critique des migrations de retour.

Lucile Gruntz, doctorante en anthropologie des migrations, CEDEJ, EHESS.

Hugo Bréant, doctorant en science politique, CRPS, Paris 1.

Séance du 13 janvier « Collectes, rôles et statuts des archives écrites dans l’Afrique contemporaine »

Atelier des doctorants du CEAf

« Collectes, rôles et statuts des archives écrites dans l’Afrique contemporaine »

Le 13 janvier de 14 à 16h, salle M&D. Lombard (rez-de-chaussée) 96 bd
Raspail, Paris 6ème

       Toute opération de recherche en sciences sociales implique de recueillir empiriquement des données et ce faisant de questionner la nature de ces données, leur contexte de production et leur pertinence épistémologique. Dans le cas de travaux menés sur l’Afrique moderne, coloniale et postcoloniale, ces questions se posent avec acuité et sur plusieurs plans. D’une part, parce que l’histoire du continent a été construite très largement à partir d’archives officielles, celles du colonisateur, il convient de se pencher sur les sources négligées, parce qu’ignorées ou parce que subversives, (ré)informant sur certaines dynamiques historiques africaines.

D’autre part, étant donné la relative faiblesse, et l’état souvent dégradé, des fonds disponibles sur le continent, il convient de questionner les procédures de localisation, de collecte, d’accès et de conservation des archives présentes sur le continent mais aussi à l’extérieur, mais aussi leur rôle et utilisation dans l’entreprise de production de savoirs.

Ce sont donc ces questions que nous tenterons d’examiner ici.
Françoise Blum traitera du cas de trois fonds d’archives syndicale française documentant l’histoire africaine (fonds Gastaud de la CGT et en particulier les documents sur l’Université ouvrière africaine, fonds Gérard Espéret de la CFDT et le fonds séminaires africains de FO) et Ophélie Rillon nous parlera de l’accès qu’elle a pu avoir aux fonds privés du procès de l’ancien président Malien Moussa Traoré, de la question des enjeux politiques et mémoriaux attachés aujourd’hui à ces archives dans la société malienne et enfin de leur statut législatif.

Intervenantes
Françoise Blum, Historienne, Ingénieur de recherche au CNRS, Paris 1, Centre d’Histoire Sociale : « Archives périphériques : le cas des archives ‘africaines et malgaches’ des syndicats et partis français »
Ophélie Rillon, Doctorante en histoire, Paris 1, CEMAf : « Les archives du procès crimes de sang (Mali 1992-1993) : Intérêts scientifiques et questions déontologiques »
Discutant
Martin Mourre, Doctorant en anthropologie, EHESS, CEAf