@DoCEAf

L’atelier des doctorants du Centre d’Études Africaines (CEAf) vise avant tout à créer une dynamique de groupe et de communication parmi les jeunes chercheurs. Il se veut un lieu ouvert de réflexions et d’échanges entre doctorants sur les problématiques concrètes (financements en amont et/ou questions d’éthique en aval, méthodologie de travail, place du chercheur) que nous rencontrons sur nos terrains africains ou dans le champ des recherches africanistes (migrations, enjeux identitaires, place du politique et du religieux). Il se structure autour de deux axes principaux. Concernant les aspects institutionnels et pragmatiques de la thèse, différentes séances de l’atelier discuteront de questions telles que la reconnaissance au travail des doctorants, la place du chercheur, la valorisation et la professionnalisation de l’expérience de doctorat. Ces questions seront abordées à partir des expériences des doctorants sur leurs terrains de recherche, dans le milieu académique et dans les relations avec les différentes institutions que la réalisation d’une thèse en science sociale met en jeu. D’autre part, sur la base des questions méthodologiques et épistémologiques rencontrées dans les recherches respectives des jeunes chercheurs du centre, certaines séances de l’atelier interrogeront les outils théoriques, historiographiques et ethnographiques qui ont cours actuellement dans les études africanistes : postcolonialisme, statut et rôle des archives, thématiques liés au développement, interculturalité, patrimonialisation.

séance du 2 décembre « Comment et pourquoi présenter une demande de financement à sa propre thèse ? Opportunités et contraintes dans les stratégies de reconnaissance au travail des doctorant-e-s »

Le 2 Décembre de 14h à 16h, dans la salle de réunion du CEAf, 96 bd Raspail, Paris 6ème

Comment et pourquoi présenter une demande de financement à sa propre thèse ?
Opportunités et contraintes dans les stratégies de reconnaissance au travail des doctorant-e-s

…Disposer de 500 livres de rente lui permettant de vivre sans soucis. Elle rappelle à ce titre que les femmes ne pouvaient pas posséder l’argent qu’elles gagnaient, et déclare, à l’époque où les femmes se voient accorder le droit de vote: « De ces deux choses, le vote et l’argent, l’argent, je l’avoue, me sembla de beaucoup la plus
importante »

Virginia Woolf 1929

La confrontation des parcours et des expériences de deux doctorantes dans la demande
et dans l’obtention d’un financement de leurs recherches, nous amènera à débattre les questions liées à la «reconnaissance au travail » des doctorant-e-s selon des axes différents, et en prenant en compte certains des enjeux politiques de la recherche que la demande et l’obtention d’un financement de thèse représentent. On s’engagera ainsi dans une réflexion autour de l’importance d’une reconnaissance concrète à la production de savoir et de savoir-faire que le travail de thèse implique et de ses conséquences réelles, tant sur le déroulement de la recherche de doctorat que sur la considération des rôles des doctorant-e-s au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. En prenant en compte les enjeux sous-jacents à l’ambiguïté lourde de conséquences entre étudiant-e et chercheur-se dont le statut de doctorant-e fait l’objet, malgré son enfermement institutionnel dans la catégorie tout court d’étudiant-e, nous tenterons de mettre en exergue les rapports de force auxquels les doctorant-e-s sont confronté-e-s au sein des milieux de recherche, vis-à-vis des différentes institutions avec lesquelles ils/elles entrent en relation, et finalement dans le monde du travail au sens plus large du terme. Le but est d’une part, de montrer à travers les deux exposés, les opportunités et les apports que les démarches de demande et l’obtention d’un financement représentent vis-à-vis de cette situation. D’autre part, les intervenantes aborderont les questions de la liberté et de l’indépendance de la recherche tant en relation aux contraintes présentées par la demande et l’obtention d’un financement, qu’en rapport aux « transcendantaux académiques » et aux relations de pouvoir entre doctorant-e-s, instituions et
académie que le déroulement d’une recherche de doctorat met en jeu.

Intervenants

■ Céline Gabarro, doctorante en Sciences Sociales URMIS-Paris 7, allocataire CNAMTS
« Répondre à un appel d’offre : enjeux, apports et contraintes d’un financement privé»

■ Carolina De Rosis, doctorante en Anthropologie sociale EHESS-CEAf
« Entre la thèse, le vrai travail et le travail à côté : le financement sidaction. Bilan et perspectives »

Discutante
■ Marguerite Cognet, enseignante chercheuse URMIS, UFR de sciences sociales, Paris 7

séance du 4 novembre « Reconstruction des terrains contemporains en Afrique et/ou ‘‘Ailleurs’’: la patrimonialisation et la reconstruction des rapports de forces Nord-Sud ? »

Reconstruction des terrains contemporains en Afrique et/ou ‘‘Ailleurs’’: la patrimonialisation et la reconstruction des rapports de forces Nord-Sud ?

Le 4 novembre de 14 à 16h, à la salle de réunion du CEAF, 96 bd Raspail, Paris 6ème

La construction des « terrains » en sciences sociales, et plus particulièrement des terrains africanistes, a eu historiquement un rapport étroit avec le monde politique qui, ayant un objectif bien distinct, définissait les chercheurs en tant qu’explorateurs voire experts de l’«Ailleurs», d’un monde inconnu.
Depuis la fin de la guerre froide, la mondialisation et les échecs répétés des
États en matière de développement ont donné lieu à l’émergence de différents acteurs locaux revendiquant leur identité, leurs droits, leurs savoirs, et leur «universalité ».
Aujourd’hui, face à la mutation des terrains, le statut de chercheur et les métier de recherche et d’enseignement se diversifient : professeurs des universités, chercheurs issus du secteur public ou privé, experts de la question de développement constituent de nouveaux producteurs de connaissance. Dans cette nouvelle configuration, on retrouve souvent, sous des formes nouvelles, l’ancien rapport de force « Nord-Sud » aujourd’hui mû par une logique de marchandisation des « produits scientifiques ».
A l’occasion de cette séance, l’atelier vise à engager une réflexion entre les jeunes chercheurs sur leurs « terrains africains» : l’Afrique vue comme « Ailleurs », voire l’Afrique et ses rapports aux autres « Ailleurs ». Dans leur présentation, les intervenants axeront leur propos autour de deux thématiques.
D’une part, la question de la représentation de nos terrains d’études comme sphère où se croisent et se créent les différentes forces sociales et politiques Nord-Sud et d’autre part, la question de l’expérience du terrain, ou sujet d’étude, propre à chaque intervenant : sa méthode d’approche du terrain, son rapport aux enquêtés, l’usage de ses diverses sources d’informations, son objectivité, son inventivité et sa responsabilité face à son terrain d’études.

Nathalie LOISON
Doctorante en civilisation américaine, ERIAC, Université de Rouen, PRCE à Paris XI
Sujet: « Les identités afro-américaines : quelle(s) représentation(s) de la communauté noire des
Etats-Unis ? »

Mamadou Aguibou DIALLO
Doctorant en sociologie et ATER à l’Université de Brest
Sujet : « La protection sociale dans le milieu ouvrier au Sénégal : entre risques et prévoyance »

Kae AMO
Doctorante en Anthropologie, EHESS, CEAf
Sujet: « Face à la ‘‘modernité religieuse’’ sénégalaise ou une autre aventure ambiguë : de l’observation participante à l’odyssée dans le monde de croyances? »