Le 16 Mars Séance Spéciale : « OU VA SUNU-GAAL? » Rencontre – Débat autour de l’élection présidentielle 2012 au Sénégal

 

« Sunu Gaal », signifiant « notre pirogue » en wolof, est l’une des étymologies proposées qui désigne ce beau pays d’Afrique sub-saharienne que l’on dit démocratique.

Entre 2011 et 2012, il traverse à  une mer agitée. Secoué encore plus fort qu’autres fois, il attend son nouveau capitaine qui pourrait le conduire  vers une meilleure  direction. Alors sur le bateau bien chargé, éclate un vrai débat sur la recherche d’un avenir prospère.

Cette rencontre- débat organisé par les doctorants du Centre d’Etudes Africaines a pour  but de faire le point sur la situation socio-économique et politique du Sénégal et de partager les différentes expériences et points de vue autour du premier tour de l’élection présidentielle du 26 février 2012, et d’enrichir nos réflexions respectives et collectives pour le deuxième tour prévu le 25 mars 2012.

Discutant :  Papa Amadou SARR  (Conseilleur, coopération régionale, Afrique, Centre de Développment, OCDE)

Contribution :

★ Jean-Baptiste MANGA  (Doctorant en anthropologie, EHESS, CEAf)

« Des millions pour les rois d’Oussouye ». La campagne électorale sur le long terme en Basse Casamance.

★  Sidy Cissokho (Doctorant en science politique, CRPS, Paris 1)

Faire campagne pour l’État: Clientélisme et phénomène bureaucratique au Sénégal  durant la campagne de 2012

★  Kae AMO  (Doctorante en anthropologie, EHESS, CEAf )

« Les religieux à l’épreuve de la « sociabilité politique »: la politique, les confréries et les médias dans l’enjeux électorale 2012 au Sénégal »

Séance du 2 mars 2012 « Mémoire et Religieux: le cas de la Mouridiyya »

Le 2 mars de 14h à 16h, dans la salle de réunion du CEAf

96 bd Raspail, Paris 6ème

« Mémoire et Religieux: le cas de la Mouridiyya »

 

L’étude de Paul Marty (1913), marque un des points de départ de la littérature africaniste socio-anthropologique et historique, consacrée aux Mourides, qui aujourd’hui sont connus comme étant les adeptes musulmans d’une confrérie sénégalaise, la Mouridiyya, de son fondateur le marabout Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927).

L’un des axes de notre atelier se propose de voir comment cette production historiographique africaniste a contribué pour sa part à construire une « mémoire » écrite de cette confrérie sénégalaise, tout en précisant que cette mémoire est liée à la production d’une hagiographie autour d’Ahmadou Bamba.

Par conséquent, des expressions de commémoration de l’exil du Gabon (1895-1902) de ce personnage, entreprises par ses adeptes, constitueront donc l’autre axe de réflexions de notre atelier. Ce qui nous amène à s’interroger sur l’expression d’une nouveauté au sein de la Mouridiyya à partir des commémorations. Ne donnent-elles pas l’occasion d’une nouvelle production africaniste ? La jonction de l’oralité et de l’écrit ratifie-t-elle la mémoire de la Mouridiyya ?

* Doris Ehazouambela, Doctorant en anthropologie, EHESS, CEAf. « Expression mémorielle des Mourides au Gabon »

* Allison Sanders, Doctorante en anthropologie, EHESS, CEAf “Les Africanistes et la production des connaissances sur la confrérie Mouride »

Discutants

* Blondin Cissé, chercheur associé au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques (Csprp, Paris 7 Denis Diderot) et à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS, EHESS).

* Frédérique Louveau, chercheure associée au CEAF