Séance : vendredi 25 mai, Enjeux de de mémoire(s) et d’histoire(s) aujourd’hui sur le continent. Étude de cas en Angola et au Sénégal

Nous avons le plaisir de vous annoncer la prochaine séance de l’Atelier des Doctorants du CEAf

Vendredi 25 mai
14h à 16h
Salle des doctorants du CEAf ( il s’agit de la salle immédiatement à droite au 2ème étage !)
96 bd Raspail, 75006 Paris 

« Enjeux de de mémoire(s) et d’histoire(s) aujourd’hui sur le continent. Étude de cas en Angola et au Sénégal »

Intervenant(e)s:
★ Juliana Lima, Doctorante en science-politique, CEMAF-CEESP, Paris 1
La gestion du passé dans l’Angola post guerre : acteurs et répertoires d’action

★ Martin Mourre, Doctorant en anthropologie, CEAf, EHESS-IRD

Histoire et mémoire coloniale dans le Sénégal contemporain, comment établir de nouveaux corpus d’archives et que faire de ceux-ci.

Argumentaire:

La gestion du passé dans l’Angola post guerre : acteurs et répertoires d’action

Juliana Lima

Depuis les années quatre-vingts, les politiques mémorielles prennent davantage d’importance au sein des processus de sortie de conflits. Cela se traduit par la prolifération de musées commémoratifs, la multiplication de célébrations d’hommage aux victimes, la création de monuments dédiés à des batailles historiques, l’ouverture et la préservation des archives, la sacralisation des rites et des dates commémoratives, l’héroïsation de personnages historiques, etc. Pourtant, malgré un mouvement mondial presque univoque dans ce sens et en dépit des investissements de divers acteurs dans la promotion de politiques mémorielles (gouvernements, société civile locale et société civile internationale), le cas angolais paraît échapper à ces dynamiques. Le monde salue les bienfaits d’une politique de dialogue, de la vérité, de la mémoire et de lutte contre l’impunité. Or, la longue guerre angolaise (1975-2002) s’acheva par la force et rencontra dans le pardon, l’impunité et le silence son empreinte particulière.

C’est dans ce scénario que je propose d’analyser la dynamique de la gestion du passé dans les dix premiers années de paix en Angola En partant d’un cadre d’apparente absence de politiques officielles de mémoire, je m’intéresse, en premier lieu, aux acteurs institutionnels et leurs actions autour de la mémoire de la guerre post coloniale. La question de la légitimation des différents groups politiques par rapport à la lutte de libération et au passé post coloniale semble être le point le plus controversé, empêchent l’émergence d’une histoire consensuelle « institutionnalisée ». Pourtant, une histoire partisane est en train de s’écrire, de manière subliminaire, par le parti au pouvoir. Je propose ainsi d’analyser certains actions qui permettent de mettre en avant ce qui ce passe en marge d’une politique de transition apparemment centrée sur le silence. En deuxième lieu, je me propose de confronter ces initiatives aux répertoires d’action de divers acteurs qui à un moment donnée essayent de s’exprimer à propos du passé.

Il s’agit ici, d’une tentative de mise à plat des modes de gestion du passé1 dans l’Angola post guerre – et du rapport des angolais au silence. Comme point de départ j’ai essayé d’identifier les acteurs de la gestion du passé en Angola et de recenser leurs répertoires d’action. Le tableau ci-joint rend compte de la multiplicité d’acteurs acteurs investis dans la transmission de la mémoire et de leurs répertoires d’action, permettant d’avoir un aperçu d’actions qui se mettent parallèlement en œuvre soit pour renforcer la politique de transition mis en place par le gouvernement, soit pour contourner l’imposition du silence et affronter la peur et l’(auto)censure qui entoure la parole autour des années de violence qui ont marquées l’histoire de l’Angola.

 

Histoire et mémoire coloniale dans le Sénégal contemporain, comment établir de nouveaux corpus d’archives et que faire de ceux-ci.

Martin Mourre

Le passé colonial semble prendre une importance croissante dans les modes de subjectivation de différents types d’acteurs sociaux du continent africain: groupes subalternes, jeunes, urbains, artistes, voire gouvernements, réinvestissent certains discours ou évènements de l’histoire coloniale suivant des processus divers. Ces passés sont bien souvent appréhendés à travers des narrations alternatives tendant à rejeter toute une histoire officielle écrite sous la colonisation, que celle-ci soit le fait de chercheurs – principalement des ethnologues – ou par des agents coloniaux – administrateurs ou missionnaires. Ces processus de réécriture de l’histoire furent d’abord l’œuvre des premiers historiens de l’indépendance, ils s’articulent désormais largement, et de manière plus diffuse, avec la culture populaire. L’histoire, alors décloisonnée de la sphère académique, médiatisée à travers différents supports, performés ou pas, semble devenir un bien public en tension – tendance que l’on retrouve d’ailleurs un peu partout sur le globe. À travers l’exemple d’un événement de l’histoire coloniale, la répression de Thiaroye au Sénégal en 1944, dont la mise en mémoire relève finalement plus de différents mouvements artistiques que de l’historiographie, cette communication interrogera deux axes de cette problématique de l’apparition de l’histoire dans l’espace social.

D’une part, il s’agit pour le chercheur de constituer un corpus d’œuvres d’art traitant des évènements de Thiaroye, soit quelles œuvres retenir : en fonction de leur support, de leur date de réalisation, des traits convergents et divergents qui les relient, de leurs audiences potentielles ? Formulé ainsi, le corpus dégagé permet d’interroger le cœur de la pratique historienne, à savoir le passage du document à la source de connaissance. La configuration historique singulière du continent africain (concomitance du colonial et du postcolonial, « manque » d’archives) ouvre alors peut-être des pistes fécondes pour une réflexion plus large autour de la discipline historienne, ici au confluent de la sociologie de l’art. D’autre part, nous questionnerons les modes d’interrogations de ce nouveau type d’archives. Dans le cas de chansons, la texture vocale, la scansion et les accompagnements musicaux influent parfois autant, si ce n’est plus, sur le contenu du message qu’uniquement le texte, la force du poème dépend de celui qui le déclame, quand au théâtre ou au cinéma ils sont nécessairement tributaire de leur mise en scène. Ce travail de la perception, enraciné dans l’expérience commune, conduit alors à envisager l’œuvre-archive comme un espace en partage.

Notre propos s’articulera autour de la présentation quasi exhaustive des œuvres d’art mémorielles centrées sur les évènements de Thiaroye depuis 1944 jusqu’à 2010. L’analyse de ces documents performés, ou qui pourraient l’être, ouvrent alors la voie à une ethnographie de la réception, au cœur à la fois du processus de production de connaissance et des constructions identitaires et politiques des acteurs sociaux. Nous conclurons par un questionnement sur les enjeux épistémologiques et sociaux soulevés par ce nouveau type d’analyse.