Séance du 7 décembre, Terrains sensibles, terrains ambigus

Séminaire des doctorants du CEAf (Doceaf)

EXPERIENCE ETHNOGRAPHIQUE.

METHODES, ETHIQUES ET STRATEGIES DE TERRAIN

Le 7 décembre 2012 de 15 h à 17 h (CEAf, salle de réunion, 2ème étage, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Terrains sensibles, terrains ambigus

Moke Chéri Samba, Scène de rue / Bagarre de femmes

Certains chercheurs restent des années sur leur terrain afin de s’intégrer au milieu, jusqu’à y adopter certaines de ses valeurs, et de comprendre la manière dont leurs interlocuteurs y vivent. Ils finissent alors par changer leur manière de percevoir le monde. D’autres, en raison des contingences dues à leur travail : financement, programme de recherche, terrain dangereux (conflit, guerre, causes politique, etc.), ne s’attardent pas. Il y a également ceux qui travaillent « chez-soi », dans la ville ou le village de leur origine ou dans les quartiers où ils vivent, tout en adoptant une posture d’ « observateur ». Enfin, prenons en compte une dernière catégorie, celle des universitaires qui inscrivent leur recherche dans le domaine « humanitaire » ou du « développement » et qui se distinguent des autres par l’application concrète de leur recherche à des fins d’«utilité sociale » tandis que les autres destinent le résultat de leur travail aux seules sphères universitaires.

Les questions de méthodologie, d’épistémologie et d’éthique se posent dans toutes les expériences liées au terrain.

Comment peut-on accéder au terrain ? Combien de temps faut-il pour avoir des informations suffisantes ? Comment aborder les individus, dans quelles conditions et dans quel type de rapport ? Que peuvent dire, ou ne pas dire nos interlocuteurs ? Nous racontent-ils la « vérité » ? – Est-ce leur « vraie » opinion, ou essayent-ils de nous « manipuler », de brouiller nos esprits, voire tout simplement de se débarrasser de nous ? – D’ailleurs, nous, les chercheurs, nous soucions-nous de  connaître la « vérité » (si oui, laquelle et pour qui) ? Pouvons-nous rester indifférents face à nos interlocuteurs dans une situation difficile ; devons-nous chercher la solution à des problèmes existentiels ou devons-nous rester de simples observateurs ?

Tout terrain est ambigu, sensible, mais certains présentent plus de risques dans l’observation et l’interprétation : terrains marqués par le danger, le conflit, la souffrance… D’autres questions se posent dans le processus d’écriture, la production scientifique. Le chercheur est tiraillé entre ce qu’il veut démontrer, ce que le terrain lui raconte, et ce que son milieu d’appartenance scientifique, qu’il soit purement académique ou de recherche appliquée, exige ; ce qu’il a compris lui-même, et ce qu’il ne peut pas dire. Le chercheur est donc placé entre une neutralité impossible et une implication délicate. Son principal risque n’est-il pas avant tout d’être instrumentalisé ?

«  Que fais-tu ici ? Qui es-tu ? Que fais-tu de toutes ces notes, de ces enregistrements …? » Les questions de certains interlocuteurs curieux ou méfiants nous amènent à repenser notre statut même de « chercheurs » : individus qui partageons un même espace-temps avec nos interlocuteurs. Certains chercheurs prennent enfin une position plus ferme : celle du « chercheur-militant ». A quel moment l’« observation participante » devient-elle une « participation active » ?

En s’appuyant sur des cas concrets, cette séance vise à nous engager en tant que doctorants ou jeunes chercheurs, issus de disciplines différentes, dans une réflexion collective sur les aspects ambigus ou sensibles de nos terrains.

 

Discutant : Omar GUEYE (Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, chercheur à l’IEA)

Intervenants :

Gilles VERPRAET (Sociologue, CNRS, Université Paris Ouest)  

«Questions de recherche et questions de terrains »

Jean-Louis EDOGUE NTANG (EHESS, CEAf )  

«Récit d’une expérience de terrain dense dans un quartier africain de Rabat »

Modérateur : Kae AMO,  (Doctorante en Anthropologie,EHESS, CEAf)