Séance du 11 janvier. Choix de posture et ambivalence de postion des chercheur-e-s sur le terrain. Retours réflexifs

Oumy Thiongane : doctorante EHEES Paris, Centre Norbert Elias Marseille (EHESS – CNRS – UMR8562)

Une éthique de la recherche anthropologique dans l’épistémologie de la rencontre. Retour réflexif sur un terrain qui n’eut pas lieu

L’enquête ethnographique dans le milieu des sciences sociales biomédicales ne va pas toujours de soi et peut engendrer de véritables malaises. D’importantes questions liées à la posture, à l’assignation et à la légitimité de l’anthropologue se posent surtout lorsque la demande n’émane pas du terrain. Plusieurs analyses en sciences sociales ont souligné la position souvent ambiguë de l’ethnologue dans une telle configuration de la recherche (Rabinow, 2011). Cependant peux interrogent la question politique liée à la posture du chercheur et à ses choix d’investigation ainsi qu’au contexte institutionnel de la recherche.
A partir de travaux de recherche entrepris lors de ma thèse dont un terrain dans un laboratoire pastorien au Niger, cette contribution se propose d’analyser le contexte d’enquête, la sortie du terrain de l’anthropologue et la question de la construction du discours de subjectivation.
Cette contribution sera basée sur des données issues d’une première recherche de terrain au Niger en 2009 dans le cadre d’une thèse sur la construction des épidémies de méningite comme problème de santé publique. Les données ont été recueillies durant deux mois et ont été complétées par une analyse documentaire ainsi que des entretiens.

François Enten : doctorant EHESS Marseille, chef de mission pour MSF et consultant UNICEF

Accès au terrain et restitutions des données : entre anthropologie et pratique humanitaire

Nous proposons au cours de notre exposé de nous pencher sur les processus d’ouverture/fermeture de l’accès aux terrains et d’inclusion/rejet des restitutions qui ont présidé au déroulement d’enquêtes conduites sur le sujet « sensible » de la gestion de l’aide alimentaire en Ethiopie. Cette tentative d’analyse rétrospective se fera à travers le prisme de l’ambivalence de la position de l’enquêteur, à la fois chercheur anthropologue et praticien de l’humanitaire. Nous conduirons cette réflexion par le biais de récits sur le déroulement d’enquêtes conduites dans le cadre d’une thèse et par de brefs éclairages sur des expériences de consultant pour les organisations humanitaires.

Modératrice : Carolina De Rosis, doctorante EHESS Paris

Débat