Vendredi 5 Décembre : Alain MARIE Séminaire des doctorants de l’IMAF – Rencontres avec les Aînés

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

Ce séminaire vise à établir un dialogue entre les chercheurs qui ont une longue expérience dans la production scientifique et ceux qui se forment à la recherche.  Ce contexte intergénérationnel et pluridisciplinaire offre aux jeunes chercheurs la possibilité de bénéficier des expériences et parcours divers de leurs aînés.  Chaque séance abordera des questions relatives à la formation, au choix de la discipline, à la trajectoire de carrière, au cadre institutionnel et politique de la recherche.  Cela nous permettra de mettre en perspective notre formation et de mieux comprendre notre héritage intellectuel.

Vendredi 5 Décembre

Alain MARIE

 

Pour la deuxième séance du séminaire des doctorants de l’IMAF (Raspail) : « Rencontre avec les Aînés.  Trajectoires intellectuelles et transmission des savoirs », l’équipe invite les étudiants, en master ou en doctorat, à la rencontre de Mr Alain MARIE, anthropologue, maître de conférences (e.r.) à l’Université de Paris I (IEDES) et chercheur honoraire à l’ex Centre d’études africaines.

Ses recherches en anthropologie portent sur :

  • Le changement social dans les villes d’Afrique de l’Ouest
  • Les nouvelles stratégies économico-politiques des élites en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal
  • Clientélisme et corruption
  • Ethique de l’action sociale

Pour plus de renseignements ou envoi d’articles, veuillez contacter Jean-Baptiste Valter MANGA : valtermanga@yahoo.fr

Ouvrages :

2011, ARDITI Claude, JANIN Pierre et MARIE Alain (éd.), La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Réalités et faux semblants. Paris, Karthala,           2011, (Coll. Hommes et sociétés).
2008, L’Afrique des individus, Karthala, 442 p. (Hommes et sociétés : sciences économiques et politiques)
2005, La coopération décentralisée et ses paradoxes : dérives bureaucratiques et notabiliaires du développement local en Afrique, Préface. de Jean-Pierre Olivier de Sardan, Paris, Éd. Karthala, 2005, 229 p.

Direction (co) d’ouvrages

·         2003, Violence ordinaire, avec Pierre Janin (dir.), Paris, Éd. Karthala, Politique africaine, n°91, 216 p. Sommaire

·         2003, L’Afrique des citadins, sociétés civiles  en chantier (Abidjan, Dakar), avec François Leimdorfer (éds), Paris, Éd. Karthala, 406 p. (Homme et société).

·         1997, Famille et résidence dans les villes africaines (L‘Harmattan)

·         1981, co- dirigé : Villes africaines au microscope, no sp. des Cahiers d’études africaines

Articles et contributions

·         “Violences ordinaires, violences enracinées, violences matricielles”, avec Pierre Janin, pp. 5-12 et “La violence faite à l’individu (la communauté au révélateur de la sorcellerie)”, pp. 13-32, Politique africaine (Violence ordinaire)Paris, 2003, n°91.

·         “Une anthropo-logique communautaire à l’épreuve de la mondialisation. De la relation de dette à la lute sociale (l’exemple ivoirien)”, Cahiers d’études africaines, Paris, 2002, n°166.

·         Parenté, échange matrimoniale et réciprocité, L’Homme, Paris, 1972, vol. 12, n°3 :5-46.

·         Sociologues en ville (S. Ostrowetsky, éd., L’Harmattan, 1996),

·         M. Pilon et al., éd., Ménages et familles en Afrique : approche des dynamiques contemporaines (CEPED, 1997)

 

 

Vendredi 21 Novembre Atelier des Doctorants de l’lMAf (Site Raspail)

Atelier des Doctorants de l’lMAf 
(Site Raspail)
 
3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2014 au 29 mai 2015
 
L’atelier des doctorants de l’IMAF se veut un cadre de présentation et de discussion des travaux de jeunes chercheurs. Nous vous proposons, pour la séance du : 
 
Vendredi 21 Novembre 
 
I temps
 
Armelle Cressent
 
« Comment constituer un corpus de sources pour penser la violence coloniale en histoire ? »
 
Je vous propose de présenter la facon dont j’ai constitué mon corpus de sources, ce qui est évidemment central en histoire. Je travaille sur la facon dont la violence coloniale est devenue sujet d’histoire chez les historiens de l’Afrique de la premiere generation postcoloniale. Je m’interroge donc sur la facon dont elle a été ‘problématisée’ après 1960, sur les conditions épistémologiques de son entrée en histoire en tant que discipline, mais aussi sur des aspects de généalogie, de seuil ou de limite pour penser la violence. Différentes questions se sont donc posées pour constituer le corpus de sources, relatives à:
L’objetviolence coloniale : qu’est-ce qui entre dans l’objet: esclavage, travail forcé, conquête, torture etc. mais s’il y a des ‘silences’ ou des ‘non-dits ‘comment en tenir compte et les laisser surgir ? Comment donc construire un corpus de sources en acceptant ou en laissant la place à de possibles circulations d’énoncés entre des unités moins ‘classiques’ pour les historiens; 
Des unités : plus classiques comme celle d’auteur ou d’historien qui peut tenir différents types de discours en fonction de ses lieux d’énonciation et donc que retenir pour la thèse et pour quelle représentativité?; mais aussi comme celle de livre ou d’ouvrage qui n’est pas uniquement l’objet d’un seul auteur; ou encore comme celle de public oude lecteur. Je me suis notamment interrogée sur la notion de ‘large public’ puique j’aborde la question de la reproduction et diffusion des savoirs sur la violence coloniale;
Des aspects institutionnels : en faisant dialoguer des savoirs institués et des savoirs moins institués voire censurés. Le corpus est très ‘hétérogène’ puisque des manuels universitaires côtoient des romans, des essais ou des films.
 
 
II temps
 
Fernande Nguemo, doctorante en Anthropologie sociale IMM/EHESS
 
La construction d’une identité liée à la vulnérabilité. Jeux et enjeux de l’aide internationale aux populations africaines : le cas du Cameroun
 
Par cette recherche, nous cherchons à savoir dans quelle mesure l’aide internationale peut être vectrice d’un processus de construction d’identité liée à la vulnérabilité auprès des populations africaines qui en sont les « bénéficiaires ». Notre hypothèse de départ est que les populations du Sud, objet de l’aide internationale humanitaire, s’identifieraient comme personnes « vulnérables », et que cette propension serait liée à l’approche avec laquelle elles sont traitées par la communication et les actions des ONG et des autres acteurs de l’aide. Les populations sont en effet influencées par ces relations d’aide et s’identifient comme des êtres dominés et vulnérables, incapables de se prendre en main, et nous postulons que ce phénomène entretient un rapport étroit avec les images et les discours propres à la communication de leurs bienfaiteurs. A la suite de cette hypothèse, nous formulons que d’autres jeux de rôles interviennent entre bénéficiaires et humanitaires, venant souvent d’un imaginaire collectif lié à la colonisation et empreint de plusieurs représentations sociales.
Dans ce système de l’aide humanitaire et l’aide au développement, nous verrons quelles sont les différentes relations que nourrissent les acteurs de l’aide avec la population des pays aidés. Et dans cette relation à autrui, nous verrons quels sont les différents rapports qui s’établissent et les divers processus de construction d’identités qui en résultent. L’anthropologie sociale, l’anthropologie du changement social, l’anthropologie du développement, la psycho-sociologie, mais aussi l’anthropologie de la communication sont nos domaines de recherche. La communication pour le développement, la communication interculturelle et la communication de masse seront aussi abordés comme procédés de transmission de représentations sociales, d’interaction sociale et de construction de soi.
 
Mots clés : identités, représentations sociales, participation, anthropologie du changement social, société du don.
Discutante, Roberta Rubino docteure en Anthropologie Sociale, IMAF
 

Dans l’espoir de vous accueillir nombreux et nombreuses
 
Carolina De Rosis et Doris Ehazouambela