Vendredi 3 avril Jean-Pierre Warnier

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

                                                                             Vendredi 3 avril

 

                                                                         Jean-Pierre Warnier

 Pour la séance du mois d’avril l’équipe du séminaire des doctorants de l’IMAf (Raspail) a le plaisir d’ inviter les étudiants à une rencontre avec l’anthropologue Jean-Pierre Warnier. Ancien professeur à l’Université René Descartes Paris V, Jean-Pierre Warnier est spécialiste du Cameroun, où il a travaillé depuis les années 1970 sur des royaumes et des sociétés basés dans l’Ouest du pays. Caractérisées par une approche anthropologique et politique, ses principales recherches portent sur la royauté Mankon au Cameroun, les cultures matérielles et leur rapport aux subjectivités, l’impact des flux culturels sur les sociétés à l’ère de la mondialisation. Il a appréhendé ces thèmes en innovant constamment la perspective théorique et méthodologique. En ce sens, il a été parmi les promoteurs du groupe de recherche « Matière à Penser » dont les réflexions sur l’entremêlement des cultures matérielles et des cultures motrices, en s’appuyant sur une démarche interdisciplinaire, ont abouti à l’élaboration d’un paradigme « praxéologique ». Ce paradigme, sur lequel Jean-Pierre Warnier étaye nombre de ses travaux, en intégrant la « valeur praxique » des matérialités et du corps dans l’étude anthropologique du politique, a le mérite, entre autre, d’avoir enrichi l’analyse d’inspiration foucaldienne sur les relations entre technologies du pouvoir et processus de subjectivation.

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Ouvrages

 

  • 2011, Manuel de socialismes par gros temps, Paris, Téraèdre.
  • 2009, Régner au Cameroun. Le roi-pot, Paris, Karthala.
  • 2008, La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte, (4e éd.).
  • 2007, The Pot-King. The Body and Technologies of power,Boston/Leiden,Brill.
  • 2003, Ethnologie, anthropologie, avec P. Laburthe-Tolra, Paris, PUF (2e éd).
  • 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.
  • 1993, L’esprit d’entreprise au Cameroun, Paris, Karthala.
  • 1985, Échanges, développement et hiérarchies dans le Bamenda précolonial- Cameroun, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Wiesbaden.

 

Direction d’ouvrages

 

  • 2013, Les enjeux de la mondialisation, co-direction avec A. Benassy-Quéré, C. Chavagneux, E. Laurent, D. Plihon et M. Rainelli, Paris, La Découverte.
  • 2004, Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, co-direction avec J.-F. Bayart, Paris, Karthala.
  • 1999, Corps à corps avec l’objetApproches de la culture matérielle, co-direction avec M.P. Julien, Paris, L’Harmattan.
  • 1996, Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d’authenticité, co-direction avec C. Rosselin, Paris, L’Harmattan.

 

Chapitres d’ouvrages

 

  • 2013, «La mondialisation de la culture ?», in J.-P. Warnier, Benassy-Quéré, et al.Les enjeux de la mondialisation, Paris, La Découverte, pp.110-123.
  • 2010, « Royal Branding and the Techniques of the Body, the Self and Power in West Cameroon », in A. Bevan et D. Wengrow (éds.), Cultures and Commodity Branding, Walnut Creek, Left Coast Press, pp.155-166.
  • 2010, « The invention of traditions and entrepreneurship: a critical perspective », in J.-P. Platteau et R. Peccoud (éds.), Culture, Institutions and Development. New insights into an old debate, London/New York, Routledge, pp.171-192.
  • 2009, « Le corps en litige en anthropologie », in D. Memmi, D. Guillo et O. Martin (éds), La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris, Éd. de l’EHESS, pp.171-188.
  • 2009,« Pour une anthropologie du matériel », avec M.-P. Julien et C. Rosselin, in -P. Julien et C. Rosselin (éds.), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, pp.85-110.
  • 2009,« ‘Subjectivité’, ‘subjectivation’, ‘sujet’: dialogue », avec M.-P. Julien et C. Rosselin, in M.-P. Julien et C. Rosselin (éds.), Le sujet contre les objetstout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, pp.111-166.
  • 2006, « Inside and Outside. Surfaces and Containers», in C. Tilley et (éds.), Handbook of Material Culture, London, Sage, pp.186-195.
  • 2005, «La condition de l’ethnologue dans une hiérarchie africaine: ‘danseuse’ ou ‘sauterelle’», in O. Leservoisier (éd.), Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, pp.35-50.
  • 1999, «Le sujet comme « roue d’engrenage »» in M.P. Julien et J.P. Warnier (éds), Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, pp. 192-213.
  • 1996, «Magical Iron Technology in the Cameroon Grassfields», avec M.J. Rowlands, in M.J. Arnoldi, C. Geary et K.L. Hardin (éds), African Material Culture, Bloomington, Indiana University Press, pp.51-72.

 

 

Articles récents

 

  • 2014, « L’institution monétaire de la royauté en Afrique centrale», Études Rurales, n°193, pp.107-144.
  • 2013, « Le symbolique, la dette et le handicap », avec D. Vaginay et D. Yaméogo, Famille, culture et handicap, Toulouse, ERES, pp.187-205.
  • 2011, « « Kò s’ówó »: il n’y a pas d’argent ! », avec J. Guyer, S. Kabiru, A. Olusanya, Politique africaine, n°124, pp.43-65.
  • 2010, « Physiologie de l’action et culture matérielle », Intellectica, n° 53-54, pp.181-194.
  • 2010, « Foucault en Afrique. La microphysique d’une monarchie africaine », Revue internationale des sciences sociales, n°191, pp.103-112.
  • 2009, « Technology as Efficacious Action on Objects… and Subjects », Journal of Material Culture, n°14, vol.4, pp.459-470.
  • 2009, « Les technologies du sujet. Une approche ethno-philosophique »,Techniques et Culture, n°52-53, pp.148-167.
  • 2008, « Invention des traditions et esprits d’entreprise: une perspective critique», Afrique contemporaine, n°226, vol.2, pp.243-268.
  • 2002, «Les jeux guerriers du Cameroun de l’ouest. Quelques propos iconoclastes», Techniques et Culture, n°39, pp.177-194.
  • 2001, « A Praxeological approach to subjectivation in a material world », Journal of Material Culture, n°6, vol.1, pp.5-24.

 

Pour plus d’informations et envoi d’articles veuillez contacter Chiara Brocco : chiara.brocco@ehess.fr, Kae Amo : kaekae855@hotmail.com, Allison Sanders: sanders.allison@gmail.com, Jean-Baptiste Manga: valtermanga@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séance du 20 mars, de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris)

1ère Intervention

Sadia Cherif, sociologue, maitre-assistant au département d’anthropologie et de sociologie de l’université Alassane Ouattara


Discutant (sous-réserve) : Riccardo Ciavollela, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, IIAC/LAIOS-EHESS.

« Des politiques globales aux réalités : comment les femmes contribuent aux stratégies d’adaptation des moyens de subsistance ? »

Si le changement climatique fait désormais apparaitre la terre comme un corps vivant dont politiques environnementales globales et conférences mondiales sur le climat visent principalement sa préservation, force est néanmoins de constater que la hiérarchie des risques dépend des préoccupations locales. Cette communication veut ainsi montrer les réalités des enjeux environnementaux au niveau local par la mise en exergue du rôle des femmes dans l’adaptation autonome locale des agriculteurs ivoiriens à la variabilité climatique. À partir d’enquêtes ethnographiques à Zagoué, Niablé et Didablé, l’étude montre qu’à travers des rituels d’appel à la pluie, les pratiques féminines de résilience contribuent à freiner le manque d’eau venant du ciel et ainsi assurer la durabilité de leur ménage. Pour ce faire, le protocole d’adaptation autonome part des hommes à travers des rites et s’achève avec les femmes par plusieurs chants d’appel à la pluie psalmodiés autour des villages à la demande des autorités coutumières pour conjurer le mauvais sort et faire tomber la pluie. Cela dénote du rôle joué par les femmes dans les décisions prises au niveau local pour atténuer les effets des CC. Elles ont, en effet, développé une ingénierie leur permettant de contrer ses effets néfastes sur l’agriculture. Alors qu’à Zagoué en zone dan, deux chants d’appel à la pluie, Kpa yiri man hé et lahi yo lé, sont psalmodiés lorsque la période d’ensoleillement se prolonge, à Didablé et Niablé, zone akan respectivement du Centre et de l’Est, l’Adjanou ou Mouné reste le rituel féminin pratiqué pour appeler la pluie. Ces différents rituels de purification qui visent à expulser les forces du mal hors des villages ont pour conséquence immédiate la tombée de la pluie.

2ème Intervention

Pamela Millet Mouity, Doctorante en sociologie des religions, EHESS/CéSoR/CEIFR/FIRA


Discutante : Sandra Fancello, chargée de recherche au CNRS, IMAF-Aix (annulée)*

« Corps et sexualité chez les néo-évangéliques d’Ile-de-France »

Ils sont parfois à l’entrée d’un immeuble, dans la rue, dans les transports en commun ou encore dans les centres commerciaux, ces « étrangers sur la terre ». Par la « pentecôtisation » de leur quotidien s’est constituée une communauté d’« étrangers sur la terre », qui procède par la rétrocession et la mise en commun du corps de chaque fidèle. D’une altérité ambiguë, ces néo-évangéliques franciliens, majoritairement issus (mais pas exclusivement) d’Afrique subsaharienne, des départements d’outre-mer, d’Haïti et d’Amérique latine sont une minorité religieuse au sens sociologique du terme. C’est par leurs pratiques quotidiennes, leur rapport à l’Autre, à l’argent, à la société globale et particulièrement au corps, qu’ils sont porteurs d’une « culture » nouvelle, sorte de cocktail explosif entre conformisme biblique et ouverture sur le monde. Ici, le souci du corps est primordial et s’inscrit dans l’économie de l’identification et de la distinction (Tonda, 2007 : 22). Savoir entretenir son corps et maîtriser les codes d’une sexualité « pure » représentent un enjeu majeur et donnent lieu à une multitude de normes corporelles et d’interdits sexuels guidés par la quête d’un idéal ; celui d’un corps saint, jauge et miroir, d’abord individuel, puis collectif d’une spiritualité exemplaire à tous égards. Le corps « investi » et « discipliné » engendre donc d’une part, des pratiques d’hygiène spécifiques et, d’autre part, une mise en ordre sexuée des pratiques sexuelles. Car, dans cet univers de sens, le corps du fidèle n’est pas le sien. Il est « le temple du Saint Esprit ». Il faut en prendre soin. La sacralisation de la sexualité qui en découle lors des « jeux érotiques » des corps en « action », tout en étant favorable à un brin d’inventivité et de créativité de la part des sujets, en est la preuve. Cette communication nous permettra donc de comprendre comment ces néo-évangéliques, dans un processus d’identification/différenciation et de construction des frontières entre eux, les convertis, et les autres, les « païens », habitent et négocient ces normes.

*L’exposé sera suivi d’un débat dans la salle

Vendredi 6 mars Doris Bonnet

RENCONTRES AVEC LES AÎNÉS. TRAJECTOIRES INTELLECTUELLES ET TRANSMISSION DES SAVOIRS

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 15 h à 17 h (IMAf, salle de réunion, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2014 au 5 juin 2015

Vendredi 6 mars
Doris Bonnet

Pour la séance du mois de mars, l’équipe du séminaire des doctorants de l’IMAf (Raspail) invite les étudiants à la rencontre de Mme Doris Bonnet, anthropologue, directrice de recherche émérite à l’IRD, membre du CEPED. Ses travaux portent sur la littérature orale en milieu mossi (Burkina Faso), sur l’anthropologie de la santé, notamment de l’enfant ; sur la stérilité et la procréation médicalement assistée en Afrique subsaharienne. Elle a effectué ses terrains notamment au Burkina Faso, au Cameroun et en Afrique du Sud, mais aussi en Ile de France où elle a suivi, entre autre, des familles d’origine africaine dans l’accès aux soins et au cours de traitements médicaux, pour saisir les multiples enjeux et représentations sociales relatifs à une maladie génétique: la drépanocytose. Pendant plusieurs années, elle a dirigé à l’EHESS (CEAf) le séminaire « Regards croisés sur la petite enfance ». Elle est, par ailleurs, membre du comité de rédaction  de la revue « Sciences sociales et santé » et responsable du programme de recherche « AMP-Stérilité et recours à l’assistance médicale à la procréation dans le contexte de la mondialisation (Douala, Paris, Prétoria ) ».

 

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Articles

-2014,« Adopter un enfant dans le contexte de l’Assistance médicale à la procréation en Afrique subsaharienne », Cahiers d’études africaines, LIV ((3) 215), pp. 769-786.

-2014, avec Véronique Duchesne, « Migrer pour procréer : histoires de couples africains », Cahiers du Genre, vol. 56 (1), pp. 41-58. https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2014-1-page-41.htm.

-2014, avec Maryvonne Charmillot  et Véronique Duchesne, « « Parlons-en ! ». Enjeux de restitution à propos de l’infertilité et de l’assistance médicale à la procréation dans le contexte de la mondialisation», Sociologie(s), en ligne, http://sociologies.revues.org/4753.

-2012, « Infécondité et viol rituel au Burkina Faso », in La terre et le pouvoir. À la mémoire de Michel Izard, (dir.), Dominique Casajus et Fabio Viti, Paris, éditions CNRS, pp. 145-162.

-2010, « La construction sociale de l’enfance : une variété de normes et de contextes », Informations sociales. L’enfant au cœur des politiques sociales ? (160), pp. 12-19.

-2007, « La toilette des nourrissons au Burkina Faso : une manipulation gestuelle et sociale du corps de l’enfant », in Du soin au rite dans l’enfance, (dir.), Doris Bonnet et Laurence Pourchez, Ramonville Sainte Agne, éditions Erès/IRD, pp. 113-128.

-2005, « Diagnostic prénatal de la drépanocytose et interruption médicale de grossesse chez les migrantes africaines », Sciences Sociales et Santé, vol. 23 (2), juin, pp. 49-65.

-2001, « Rupture d’alliance contre rupture de filiation. Le cas de la drépanocytose en Côte d’Ivoire », in Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, (dir.), Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, Paris, Balland, pp. 257-280.

-2000, « Au-delà du gène et de la culture », Hommes et Migrations, (1225), pp. 23-38.

 

Ouvrages

-2009, Repenser l’hérédité, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

-2007, (dir.), Doris Bonnet et Laurence Pourchez, Du soin au rite dans l’enfance, Ramonville Saint-Agne, éditions Erès/IRD.

-2003, (dir.), Doris Bonnet et Yannick Jaffré, Les maladies de passage : transmissions, préventions et hygiènes en Afrique de l’Ouest, Paris, éditions Karthala.

-2003, (dir.), L’éthique médicale dans les pays en développement, Autrepart, n°28, Bondy, éditions de l’Aube/IRD.

-1999, avec Agnès Guillaume, La santé de la reproduction : concept et acteurs, Paris, éditions ETS/IRD.

-1988, Corps biologique, corps sociale : procréation et maladie de l’enfant en pays mossi, Burkina Faso, Paris, éditions ORSTOM.

-1986, Représentations culturelles du paludisme chez les Mosee du Burkina, Ouagadougou-Paris, éditions ORSTOM.

-1982, Le proverbe chez les Mossi du Yatenga (Haute-Volta), Louvain, éditions Peeters.

-1982, avec Moussa Ouedraogo,  Desiré Bonogo et Jean-Noel André, Proverbes et contes Mossi, Paris, éditions CILF,EDUCEF.

 

Pour plus d’informations veuillez contacter Chiara Brocco: chiara.brocco@ehess.fr, Kae Amo : kaekae855@hotmail.com, Allison Sanders : sanders.allison@gmail.com, Jean-Baptiste Manga : valtermanga@yahoo.fr